Magazine Amérique du nord

Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

Publié le 26 avril 2010 par Kitchlolo
Salut tout le monde !
Ah, je vous vois, là-bas, me regardant d’un air menaçant… « Ouais, le câble, la bonne excuse »,
« Ouais, tu fais des promesses, et tu les tiens même pas… »
Ok, ok, je vous entends ! C’est vrai, j’ai pas tenu ma promesse. C’est mal. C’est très mal, même. Je le ferai plus, promis. Ah non, c’est vrai, plus de promesses. Bon, ben je le ferai plus d’abord.
J'ai des excuses, quand même : j'avais effectivement perdu mon câble (vous me connaissez, vous savez que je suis bordélique... non ?) et ensuite, mon ordi est en train de me lâcher...
Vous êtes encore là ? J’espère que oui. Après deux ans d’existence bloguesque, je me suis dit que je pourrai peut-être parler de choses un peu plus sérieuses que des sorties de plein air, du camping, des niaiseries… un peu de sérieux, que diable ! On n’est pas là pour s’amuser !
Non, bon, en fait, je me suis dit que ça pourrait peut-être vous intéresser d’en savoir un peu plus sur le Québec, sur le fait d’être expatriée, d’être une « minorité audible », comment on fait quand on est nostalgique et qu’on peut pas sauter dans un avion juste pour passer une soirée entourée de sa famille et de ses amis, comment ça marche la politique ici, qu’est-ce qui est cool et qu’est-ce qui ne l’est pas, bref. Voilà, c’est un peu tout ça que j’ai préparé pendant ce long silence.
Mais avant de vous balancer tout ça, je vais rattraper mon retard.
Voici donc, pour commencer, le récit de « Céline et Delphine au Canada ».
Céline et Delphine sont arrivées un beau jour du mois d’août. Leur venue m’a donné une bonne raison de finir de peinturer ma salle de bains.
Céline et Delphine sont arrivées avec tout plein de bonnes et belles choses, notamment avec du matériel fabriquer des sculptures en ballons, de quoi avoir du fun en masse.
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)
Dès la fin de semaine, nous sommes parties au parc de la Mauricie, magnifique parc rempli de bois, de lacs et de maringouins. Aaah, le maringouin… communément appelé moustique, il est du genre colleux. Une fois qu’il t’a spotté, il ne te lâche plus, te tourne autour, jusqu’à ce que la main de quelqu’un s’abatte brusquement sur lui. Et là, alertés, tous ses copains rappliquent, déterminés à venger leur ami sauvagement assassiné.
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Un des lacs du parc de la Mauricie. L'eau est délicieuse !
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Delphine la photographe
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

Nous avons joué aux Indiens, en dormant dans un tipi, carrément ! On a eu le droit de jouer avec le feu, et de faire griller nos saucisses à l’intérieur.
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)La pauvre Fripouille est attachée
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Ca, c'est l'oeuvre d'un castor. Le monsieur nous avait dit de nous racler la gorge si on entendait des animaux, pour les faire partir... ce fut une nuit teintée de délicats "huuuum, huuuuum".

On a aussi pu jouer aux espions, en nous cachant dans une petite cabane et en observant des ours et des loups. Le monsieur qui s’en occupait nous a complètement terrorisées, alors je peux vous dire qu’on s’est tenues tranquilles.
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

Le lendemain, on a de nouveau joué aux Indiens, puisqu’on a fait du canot. Trop hot ! Nous sommes arrivées à une cascade, dans laquelle Céline mourrait d’envie de se jeter. En fait, elle a été jetée contre un rocher par la cascade elle-même. Résultat : une grosse frayeur et un joli bleu! On s’est aussi baignées dans les différents lacs, aaaah, quel bonheur !
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Fripouille est la reine du mooooooonde !
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

La fin de semaine suivante, on a remis ça, avec au programme visite de Québec, dégustation de poutine et balade au parc de la rivière Jacques Cartier.
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

Entre deux, Céline et Delphine ont fait des bêtises...
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

Et puis c'était déjà le moment du départ... snif ! En tout cas, c'était vraiment super chouette ! A qui le tour ?
Moustique : plus dangereux que n'importe quelle bête féroce. (Gustave Flaubert)

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kitchlolo 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog