Magazine Médias

Desperate Housewives [6x 19 & 20]

Publié le 27 avril 2010 par Lulla

dnes_season4_dh_gaby_miniba

We All Deserve To Die // Epiphany

10 62o ooo tlsp. // 11 1oo ooo tlsp.

44030376
//
44030375_p


vlcsnap_80840
vlcsnap_82000

   Cette semaine j'ai eu la chance de voir Wisteria Lane en vrai et la célèbre rue m'a paru bien plus étroite qu'à la télévision, aussi étroite que l'imagination des scénaristes de la série en fait. Mais je dois reconnaître une chose que l'on ne pourra plus jamais enlever à Desperate Housewives : elle est devenue un monument de la télévision et je n'ai pas pu m'empêcher d'être ému en traversant ses décors. Tout comme je ne peux pas m'empêcher de la regarder encore alors que je lui trouve depuis longtemps bien plus de défauts que de qualités. On va appeler ça "la magie Marc Cherry" et j'en profite pour vous dire à mon regret que ses échanges avec Steven McPherson (cf ma précédente review) ont cessé. Vous remarquerez que la polémique Nicollette Sheridan a repris de plus belle depuis. Comme quoi je n'écris pas que des conneries ! Tout ça, c'était vrai !

   J'ai fais quelque chose de très mal cette semaine : j'ai dérogé au code déontologique du sériephile en regardant le 20ème épisode avant le 19ème. J'ai honte mais c'était un cas de force majeur. Sans cela, vous n'auriez pas cette critique à lire aujourd'hui ! Alors forcément, je connaissais l'identité de l'étrangleur de Wisteria Lane avant qu'il ne me soit révélé. Pour autant, la fin du 19ème épisode a quand même fait son petit effet, preuve que la révélation n'a pas été si mal menée que ça. Il s'agit donc d'Eddie, le pote des jumeaux Scavo que l'on a dû voir en tout et pour tout 2 minutes depuis le début de la saison 6. Ma foi, je ne peux pas nier que c'est surprenant. Je ne l'avais pas du tout vu venir. Mais c'est un peu normal, non ? Comment nos soupçons pouvaient-ils se porter sur un personnage aussi insignifiant ? C'est d'ailleurs tout le thème du 20ème épisode, Epiphany, que j'ai trouvé intéressant par son coté très sombre, mais extrêmement mal écrit en reprenant en plus un schéma dont les scénaristes de la série sont visiblement devenus très friands avec un focus sur Eddie et toutes ses intéractions avec les héroïnes. Le problème de cette narration c'est qu'elle cloisonne chacune d'entre elles dans leurs intrigues et qu'elle est trop redondande et anecdotique. Mais ils ne l'ont sans doute pas compris puisqu'ils persistent... Josh Zuckerman, qui interpréte Eddie, m'a paru assez convaincant dans l'ensemble. Il joue bien les psychopathes. Il faut dire qu'il a la tête de l'emploi. Par contre, Diane Farr, dans le rôle de sa mère fouettard, n'a pas été gâtée ! Déjà, tout le travail de maquillage et de coiffure était exagéré. Il n'y avait pas besoin de souligner sa folie de la sorte en la faisant à ce point ressembler à un déchet. C'était p't'être pas la peine non plus de faire de sa maison un taudis dégueulasse. Ce personnage manque cruellement de profondeur en plus. Elle est méchante et puis c'est tout. Par contre, on passe tout l'épisode à nous montrer comment Eddie est devenu un serial-killer et c'est du foutage de gueule tellement c'est facile. Quant à la morale de l'histoire ("Monsters are created by other monsters"), elle était puante de morale bienpensante. Regardez ce qui arrive si vous élevez mal vos enfants, boo-oo-ooo. Merci encore Mary-Alice (cela dit, ça m'a fait plaisir de la revoir déambuler dans Wisteria Lane un court instant) !    

vlcsnap_83242
vlcsnap_100274

   J'ai trouvé pas mal de relier l'étrangleur à l'intrigue pourrie de Lynette et de sa belle-fille, aka la pute russe. C'était un bon moyen de s'en débarrasser et j'aime bien ce genre de tentative de décloisonnement en général. D'ailleurs, globalement, cette intrigue a eu plus d'intérêt dans son dénouenent avec une Lynette moins crispante et super émouvante à la fin lorsqu'elle va voir son fils pour lui dire combien elle l'aime et qu'elle comprend qu'il puisse la détester à ce moment-là. Mais ça ne fera pas oublier la nullité des scènes précédentes et surtout la nullité du personnage d'Irina plus-caricatural-tu-meurs. Ca m'a fait marrer quand Irina s'est mise à éclater de rire face aux avances d'Eddie en prétextant qu'il n'était pas à sa hauteur. Parce que le fils Scavo l'était peut-être avec sa grosse moustache de porno-star des années 70 ? C'est le moment de la raser, mec...

   Wisteria Lane est victime de deux mals ces temps-ci : d'abord une chasse aux couples homosexuels qui avait commencé avec le départ de Katherine et Robin et qui se poursuit avec la rupture de Bob et Lee, vous savez les deux figurants qui s'envoient une vanne ou deux par saison et qui servaient de caution à la grande ouverture d'esprit dont fait preuve la série. Tout ça amené à travers une storyline toute moisie où Gaby se la joue mère Thérésa trash en voulant être leur mère porteuse. Ca sort de nulle part, ça n'a aucun intérêt et c'est même presque illogique puisque Gaby est censée détester être enceinte. L'autre mal qui a atteint le quartier est la multiplication des psychopathes. C'est vrai qu'il y a eu toute une période où la série en manquait sérieusement mais là, c'est un peu too much ! Le fameux Patrick d'Angie est arrivé à Wisteria Lane mais pour faire durer le suspense, il ne s'attaque pas tout de suite à elle. Non, sa cible sera d'abord son fils, Danny, et je ne sais pas quoi penser des scènes qu'ont dû partager John Barrowman et Beau Mirchoff. Le premier était plutôt bon mais l'ensemble m'a semblé bizarre, presque malsain même puisqu'on avait plus l'impression que Patrick voulait se faire Danny qu'autre chose. Remarque, quand on cherche bien, ça aurait pu être sympa ! Encore Marc Cherry qui fantasme à mon avis... Qu'il s'achète des pornos merde ! L'autre psychopathe du coin, c'est le nouveau "fils" de Bree, Sam, qui tente par tous mes moyens d'évincer Andrew. Sauf que son plan ne se passe pas comme prévu et j'étais le premier surpris ! J'aime bien cette intrigue. Même Orson y a trouvé une place en passant pour le grand sage qui a tout compris. Pas mal du tout ! Enfin, est-ce bien nécessaire de parler de Susan et Mike ? On nous ressert exactement la même intrigue usée et nullissime de la dernière fois et on brode sur du vide. Mike se retrouve même à monologuer, laissant James Denton dans la plus grande détresse. Honteux (s'il avait du talent aussi...) ! 

vlcsnap_103368
vlcsnap_85562


// Bilan // La recette est toujours la même dans Desperate Housewives. Le résultat aussi. Pour faire une comparaison foireuse, il y a quelques années je ne pouvais pas me passer de "Savane" de Papy Brossard. J'en mangeais tous les jours, j'en redemendais jusqu'à l'écoeurement puis je m'en suis lassé. Pour autant, je n'ai jamais complètement arrêté d'en manger. C'est pareil avec cette série. Je n'en veux plus mais en souvenir du bon vieux temps, je me prends une petite part de temps en temps. Bref, je ne sais vraiment plus quoi raconter sur DH, ça devient grave !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lulla 626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte