Magazine Info Locale

Un bel et bon exemple de cassoulet politique

Publié le 27 avril 2010 par Marius

rugby_montauban_0.jpg Tout ça pour ça. C’est en résumé la pensée de l’équipe de rugby de MONTAUBAN. Le dernier match a vu cette équipe se battre avec courage contre BAYONNE au top XIV (le must pour les non initiés). Un beau match aux enjeux important puisqu’il relègue à l’issu de cette saison les basques du pays du jambon en pro D2.

Malheureusement une victoire sur le terrain n’entraîne pas forcément l’équipe de MONTAUBAN vers de meilleurs jours. Le club de rugby de Sapiac incapable de surmonter ses difficultés financières, dépose cette semaine le bilan devant le tribunal de commerce.

Tout débute avec la décision, fin mars, de la Direction nationale (DNACG) de rétrograder le club s'il ne comble pas un trou de 1,6 million d'euros dans sa trésorerie. La MATMUT, actionnaire majeur du club préconisait un remboursement par la mairie des 1,7 million d’euros prêtés pour le financement de la tribune (la tribune est l’élément essentiel permettant de développer le nombre de spectateurs…et donc de la trésorerie potentielle pour l’équipe; elle avait été financé par l’actionnaire devant les refus des élus à conforter ce qui reste, malgré tout, dans le périmètre communal).

Brigitte Barèges, le député-maire UMP de la ville aurait préféré mettre à contribution tous les acteurs du dossier au travers d’une recapitalisation ; selon le contestable et troublant principe de précaution la « cession » d’un élément immatériel (comportant la rénovation et la mise aux normes des tribunes) ne pouvant, selon des conseils éclairés, s’établir en comptabilité publique.

D’un autre côté le président du Conseil Général (RG) a mis de l’huile sur le feu. C’était facile et, sans hésitation, ce dernier a entretenu la polémique au-delà du raisonnable. D’autre club, je pense en particulier à l’USAP sont soutenus par la région…ce ne sera visiblement pas le cas ici ; les intérêts de M. Malvy n’étant plus ceux de J.M. Baylet au lendemain des élections régionales. De la polémique oui, de la politique d’accord mais des solutions ce n’est pas à l’ordre du jour de la gauche locale.

Nous sommes face à la faiblesse du politique. Trop souvent est mélé maladroitement les intérêts privés des sponsors et les comptes publics délégués. Avoir pour principal support financier d’une équipe une mutuelle comme la MATMUT peut être confortable (nonobstant les intérêts des mutualistes quelques peu malmenés dans l’affaire). Laisser la gestion du Club sans contrôle à son principal représentant est cependant suicidaire. Mais rien n'est trop beau pour venir chercher quelques voix lors des phases finales des équipes.

Dans le sport, à ce niveau, le partage des coûts impose un partage des responsabilités et la multiplicité des sponsors apporte une plus forte interdépendance financière protectrice d’actions budgétaires contestables. Hélas ici tout est mêlé. Un véritable boulgi boulga comme je les aime. Un sponsor à la botte de la gauche, une commune de droite faiblement impliquée dans la gestion de son club et isolée dans un département marqué par le radicalisme et surtout une incapacité des uns et des autres à faire face au problème posé. Les ingrédients sont bien là pour rendre le plat copieux limite indigeste en particulier pour les joueurs. Car au final les plus touchés se sont ces valeureux combattants de l’ovalie qui ont fait le bonheur des supporters du Tarn et Garonne. L’addition sera salée…le passage dans les mains d’un syndic mettra la comptabilité au clair et le club en faillite. Il restera une tribune à l’usage des pom-pom girls locales…et un exemple de plus de l’impéritie des élus de droite et de gauche.Carton jaune!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Marius 1364 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte