Magazine Journal intime

Modelage et massager

Par Kasey

      ForetVLB-119.JPG

« On entend par modelage au sens de l’article 16-1 de la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996 modifiée relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, toute manœuvre superficielle externe réalisée sur la peau du visage et du corps humain, dans un but exclusivement esthétique et de confort, à l’exclusion de toute finalité médicale et thérapeutique. Cette manœuvre peut être soit manuelle, éventuellement pour assurer la pénétration d'un produit cosmétique, soit facilitée par un appareil à visée esthétique. »

Source : ffmkr.fr

Définition finalement adoptée pour définir le massage réalisé par les esthéticiennes.

Celles ci ont intêret à tenir le coup, car bon nombre de masseurs qui ne sont pas diplômés par l'état, ont repris ce terme de " modelage ".

Personnellement, je ne vois pas en quoi cette définition se différencie de ce qu'on fait en kinésithérapie. Je ne vois qu'une limite à la pratique du massage en esthétique.

Là, où les derniers articles supposaient seulement une pénétration d'un produit donc sans réelle technique de massage, elle ouvre désormais le champ aux esthéticiennes pour pratiquer toutes sortes de massages ( suédois ou autre ) à partir du moment où la clientèle vient pour son confort.

Et la seule différence finalement vient de la notion de thérapeuthique.

Mais, finalement, on continuera dans les deux professions à faire le même métier !!!!

Masser les gens dans une notion de confort ( certes, le massage est aussi utiliser par les kinés en thérapeuthique ), bien être et traitement de la cellulite ( comme le suggère les derniers mots de cette définition : puisque finalement, si elles peuvent utiliser un appareil à visée esthétique, toute la gamme LPG ou autre deviennent de leur ressort ! ).

Après tout, chaque appareil que nous utilisons en kiné dans le cadre du massage à souvent cette notion d'esthétique.

On les utilise pour faciliter les pratiques par exemple de palper rouler sur des cicatrices adhérentes...

Est ce encore du registre médical ?

Quand la patiente souffre d'un soucis esthétique ?

Et si celui ci ne limite en rien ses possibilités de débattement articulaire ?

Enfin, tant mieux si tout le monde s'est mis d'accord...

Et on ferait mieux, de s'intéresser aux gens qui pratiquent avec une formation non diplomante...

Et instaurer alors un diplôme de masseur ou modeleur ou quelque soit le nom que l'on donnera pour ces gens là... Donc le public reconnait l'efficacité le plus souvent ( faut croire car entre 40 et 80 euros la scéance sur Paris, faut pouvoir assurer derrière ) et qui se diversifie de l'esthéticienne et du kiné par une vision plus large du massage englobant souvent des notions psychologiques, globales et comportementales.

Alors, pourquoi ne pas créer comme dans les pays anglophones, une formation spécialement pour eux... Qui serait valider par l'état, et leur permettrait d'exercer en toute légitimité ?

Tout en permettant au public de pouvoir aller vers des gens compétents qui ont souvent de bonnes mains et qui ont souvent bien plus de formations que nous en massages.

Car même si mon diplôme sera celui d'un masseur kiné ( et je tiens aux deux mots !!! ), un kiné a souvent bien trop de travail dans sa discipline qu'est la réeducation (peut on qualifier de massage, quelque chose durant moins de 30 minutes ?! ) pour ne pas avoir à garder le monopole du massage en tant que tel.

Ouistiti


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Kasey 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte