Magazine Info Locale

Assassinés

Publié le 27 avril 2010 par Ammelfou

Lourd tribut de la presse

Mme Malika Farah semble avoir mis un pli sur sa vie depuis seize ans déjà ! La mort avait arraché Ziane son époux et le père de ses trois enfants au bas de l’immeuble où ils habitaient à la cité du 24 février, plus connue sous le nom de Mille logements. Un chiffre anonyme et un journaliste, un père, un mari qui part dans l’anonymat dans cette journée du 19 octobre de l’année 1994. Qu’en reste-t-il ? Bouhidel, Aliou-Salah, Benachour, Lakehal, Bouhachek, martyrs de la corporation des journalistes ayant habité la wilaya de Blida, ont laissé des familles éplorées, des enfants orphelins. Madame Farah a eu à supporter seule l’éducation de ses enfants aujourd’hui des hommes âgés de plus de 20 ans. Quel est le poids de ces années passées seuls ?

Désemparée depuis l'assassinat de son mari.JPG
Fière et au port digne, la veuve reproche tout de même à l’Etat de ne pas s’être suffisamment penché sur le sort des enfants de martyrs du pays : « Nous avons été également parmi celles et ceux qui ont sauvé la république ! » Et tout de suite après, le silence de la veuve… Plus rien n’en sera tiré.
Comment soutenir l'épouse la mère.JPG

En cette journée du 3 mai, symbole de la liberté d’expression, un hommage modeste à tous ces confrères.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ammelfou 6 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte