Magazine Société

Secousse tellurique

Publié le 27 avril 2010 par Toulouseweb
Secousse telluriqueLe volcan islandais a réveillé la Commission européenne
Décidément, l’Europe est capable du pire et du meilleur, souffler le chaud et le froid, nous décevoir et, aussitôt aprčs, nous montrer qu’elle est capable d’agir vite et avec bon sens. La Commission européenne a singuličrement tardé ŕ réagir quand a commencé l’éruption du désormais célčbre Eyjafjöll, les parties intéressées, faute de coordination, ont été incapables de parler d’une seule voix et personne n’a compris quelles étaient les bases scientifiques des coűteuses décisions qui ont été prises. D’oů le tsunami de critiques qui ont déferlé sur Bruxelles .
Quelques jours plus tard, voici que surgit de nulle part Siim Kallas, vice-président de la Commission chargé des Transports. Il brandit un plan d’urgence susceptible d’aider les compagnies aériennes ŕ relever la tęte : ŕ l’inertie succčde ainsi une preuve inattendue de dynamisme, de quoi mettre K.O.quelques Eurosceptiques.
Siim Kallas est ŕ l’image de l’élargissement de l’Union européenne, laquelle compte parmi ses membres quelques Etats dont on ne sait rien, ou presque. C’est le cas de l’Estonie, mčre patrie de M. Kallas. Un homme classé au centre droit, au plan national, qui présente la double particularité d’ętre un ancien communiste et membre de l’Union des cyclistes estoniens. En sa qualité de commissaire chargé des Transports des Vingt-Sept, Il a succédé il y a deux mois ŕ peine ŕ l’Italien Antonio Tajani, aussitôt tombé dans les oubliettes de la construction européenne. Notre cycliste, lui, pourrait bien marquer son temps, aprčs avoir tout d’abord été fortement secoué par le volcan islandais.
En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, il a sorti de son chapeau un plan d’urgence qui, moment rare, lui a valu l’approbation simultanée de l’IATA et de l’AEA. Quand on sait ŕ quel point Giovanni Bisignani et Ulrich Schulte-Strathaus sont avares de compliments, on peut affirmer sans risque de se tromper que le commissaire Kallas est finalement bien parti.
Il a dit que certaines choses ne s’apprécient vraiment qu’ŕ partir du moment oů elles ne sont plus disponibles. La crise qui vient de se produire a montré le rôle vital que jouent les transports aériens dans le fonctionnement de l’économie européenne et, sous cet angle lŕ, on peut d’ores et déjŕ en conclure que la secousse tellurique aura aussi des effets bénéfiques. Kallas a en effet proposé des mesures temporaires empreintes de bon sens : dérogations aux interdictions de vols nocturnes, maintien des créneaux de décollage et atterrissage provisoirement non utilisés, report du paiement de redevances de route, souplesse dans l’examen de demandes d’aides financičres pour autant qu’elles ne conduisent pas ŕ des distorsions des rčgles de concurrence.
Au-delŕ de ces questions immédiates, voici que sont prononcés des propos attendus depuis longtemps. A commencer par l’expression d’une volonté renouvelée de parfaire l’unification de l’espace aérien communautaire, mieux coordonner la notion de droits des passagers ou encore anticiper des difficultés futures en matičre de gestion des risques.
Il faut remonter ŕ l’époque oů la défunte Loyola de Palacio occupait les męmes fonctions (de septembre 1999 ŕ novembre 2004) pour trouver des propos de fermeté comparable. Ce qui justifie de dire que, finalement, Siim Kallas, que rien ne préparait ŕ ce poste, a bien du mérite. Sachant, par exemple, qu’Estonian Air, créée en 1991 dans le sillage de l’indépendance de l’Estonie, exploite une flotte de six avions et pčse bien peu dans le paysage aérien européen.
Ces mesures post-volcaniques, pour reprendre l’expression utilisée par l’IATA, sont susceptibles de donner une impulsion nouvelle ŕ la belle endormie bruxelloise. Loyola de Palacio avait failli y parvenir, son successeur, Neil Kinnock, avait imparfaitement repris le flambeau. Voici un Estonien qui se révčle, comme s’il s’agissait de prouver que, finalement, l’élargissement de l’Europe au pas de course ne présente pas que des inconvénients.
Pierre Sparaco-AeroMorning

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Toulouseweb 7297 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine