Magazine Asie

Une semaine dans l'ouest du Japon - Jour 5 - Tomo-no-ura et Onomichi

Publié le 02 décembre 2007 par Céline Girard

Nous faisons donc nos adieux à notre gentille hôtesse du Ryokan, prenons quelques mandarines pour la route et allons prendre le train pour nous rendre à Fukuyama. Là-bas nous mettons nos sacs en consigne (c'est vraiment quelquechose de pratique au japon, toutes les gares ont des consignes et même pour les sacs énormes!).

De Fukuyama, on prend un bus direction Tomo-no-ura, un petit port de pêche sans prétention qui abrite néanmoins plusieurs temples et sanctuaires, ainsi qu'une usine locale de sembeis (crackers à la crevette) et de chikuwas.

On commence par une petite balade le long du port pour se diriger vers l'usine. De nombreux pêcherus font sècher des poissons sur les bâteaux. Comme d'habitude, la carte n'est pas fiable et une fois de plus une gentille dame nous montre notre chemin...

Une fois arrivés à l'usine, on apprend que l'on peut soi-même fabriquer des sembeis et des chikuwas. On commence par les sembeis, qu'il faut faire griller dans ces petits fours.

La marche à suivre

On fait dorer le sembei puis on l'aplatit avant de le remettre au four.

Une fois terminé:

10 sembeis - on a mis à peu près 15 min pour les faire.

Ensuite, place aux chikuwas! là on a pas grand chose à faire.

Tout simplement "former" le chikuwa en amalgamant la pâte de poisson
autour d'une petite tige.

Puis notre "prof" met les chikuwas à griller, pendant environ 1/2 heure.

Cyrille et notre "prof"

Nous repartons ensuite à Fukuyama d'où nous prenons cette fois le train pour aller à Onomichi, une autre petite ville au bord de la mer mais qui abrite 81 temples. Un petit chemin permet d'en voir 21, mais la tombée de la nuit ne nous a pas permis d'en profiter pleinement.

Nous retournons ensuite à Fukuyama, reprenons nos sacs et nous dirigeons à Okayama où j'ai réservé une auberge de jeunesse japonaise pour deux nuits. Le lieu est immense et les clients rares en ce milieu de semaine, cela donne une ambiance un peu "fantôme" mais néanmois sympatique. Le propriétaire nous conseille un izakaya pas loin pour aller dîner.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Céline Girard 2 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte