Magazine

Renoncer à plaire

Publié le 02 décembre 2007 par Didier T.
Elle a épaulé Truman Capote dans l’écriture de son grand roman « De sang froid » et a écrit « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ». C’est son seul roman. Il a reçu le prix Pulitzer et est devenu un classique de la littérature américaine. Au collège, les Français lisent Le Grand Meaulnes ou La mare au diable ou Boule de Suif, il paraît que les Américains lisent « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur ».
L’histoire est racontée par une très jeune petite fille. Son diminutif c’est Scout. Nous sommes dans la première moitié du XXéme siècle au sud des Etats-Unis. C’est encore l’heure de la ségrégation. Si les Noirs sont libres, leur vie ne vaut pas grand chose. Quand le père de Scout est nommé avocat commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche et qu’il décide de le défendre au mieux, elle est le témoin de l’Injustice d’un monde imparfait. Une tâche sur le lit blanc de l’enfance. Un Noir innocent est Noir avant d’être innocent. Noir ça veut dire coupable. Scout est révoltée, Jem, son frère, est révolté, Dill, son ami (Truman Capote, car Harper Lee et Truman Capote sont mais d’enfance) est révolté. L’enfance s’envole avec la fin du procès, la mise à mort d’un Noir que tout le monde sait innocent. Ce n’est pas une happy end, ce n’est pas non plus une fin malheureuse. C’est la vie, bête.
Rama Yadé n’a pas été conviée au voyage présidentiel en Chine. Pas besoin de s’embarrasser d’une Secrétaire d’Etat aux droits de l’homme en Chine. Cela risquerait de compromettre de fructueux contrats. Car qu’est-ce qu’une secrétaire d’Etat pourrait bien dire de positif sur cette terre bizarre et bien peu démocratique qu’est la Chine ?
En France on s’indigne de cette absence-là. Rama Yadé aurait dû en être. Dire un mot.
En France on s’indigne du commerce avec cette, cette, cette…dictature chinoise.
En France on s’indigne de la misère.
Surtout de celle de pays lointains.
En France, on réclame tous un treizième mois. Et si c’est en vendant des centrales nucléaires à la Chine, peu importe. Réclamer un treizième mois, c’est bien normal. On croise des malheureux toute la journée dans la rue, dans le métro, à la Poste, rue de la Banque. On ne les voit plus. Il nous indiffère. Sauf Carole Bouquet, entre deux bonnes bouffes.
En France, il ne s’écrit plus de beau roman classique, parce que comme le dit Besson, Patrick ,« On peut commencer à créer quand on a renoncé à plaire ».
Publié par les diablotins

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier T. 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte