Magazine

journaldelarue

Publié le 18 octobre 2007 par Raymond Viger

Posted on by Raymond Viger

Note d'espoir pour les chauves

() - Bonne nouvelle messieurs, la perte des cheveux ne serait peut-être pas irréversible. Des chercheurs ont réussi à faire repousser des poils sur le dos des souris.

Les tritons et les salamandres ont de remarquables capacités de régénération. Ils parviennent à se créer une nouvelle jambe ou un bout de queue en cas de besoin. Les chercheurs ont toujours cru que les mammifères avaient une habileté beaucoup plus réduite à régénérer des tissus de leur corps. On croyait, par exemple, que lorsque les follicules pileux étaient endommagés, ils ne pouvaient plus être remplacés. Le duvet ou l'épaisse chevelure laissait alors toute la place à une peau nue et on pouvait dire adieu à sa belle coiffure d'antan Mais une équipe scientifique de l'Université de Pennsylvanie affirme dans un article publié récemment dans la revue Nature que la destruction des follicules pileux ne serait pas irréversible.

Les bébés viennent au monde avec plus de 100,000 follicules pileux minuscules. À partir de chacun d'eux poussera un unique poil. Ces follicules se développent chez l'embryon au cours de ses premiers mois de gestation dans l'utérus. George Cotsarelis et ses collègues dermatologues de l'Université de Pennsylvanie ont découvert qu'un gène particulier, le wnt, important dans la guérison des blessures, jouait aussi un rôle dans la production de nouveaux follicules pileux.

Au cours d'une expérience, Cotsarelis préleva de petites sections de peaux superficielles sur le dos de quelques souris. Les chercheurs découvrirent que les rongeurs parvenaient non seulement à guérir leur blessure, à reconstituer de la nouvelle peau mais aussi à créer de nouveaux follicules pileux. La blessure réveilla l'activité des cellules souches de cette région, incluant celles responsables de la production de follicules pileux. Pour vérifier le rôle du gène wnt dans cette opération, les scientifiques bloquèrent son action. Résultat : aucun follicule pileux n'était produit. Par contre lorsque l'action de ce gène était stimulée, de nombreux follicules pileux se développaient sur la zone nouvellement réparée de la peau de la souris. Il devenait alors impossible de repérer la zone blessée sur le corps de la souris.

Serait-il possible qu'en s'égratignant le crâne, les hommes d'âge mûr retrouvent une noble chevelure? Il faudra un peu plus de recherche et de patience avant de tenter l'expérience et de se malmener le crâne. Mais cette découverte pourrait permettre de trouver de nouveaux traitements pour prévenir la perte de cheveux et traiter d'autres désordres pileux tels l'hyperpilosité.

Ce billet, ainsi que toutes les archives du magazine Reflet de Société sont publiés pour vous être offert gracieusement. Pour nous permettre de continuer la publication des textes ainsi que notre intervention auprès des jeunes, dans la mesure où vous en êtes capable, nous vous suggérons de faire un don de 25 sous par article que vous lisez et que vous avez apprécié.

Merci de votre soutien.

journaldelarue L'amour en 3 dimensions. Roman de cheminement humoristique. Pour dédramatiser les événements qui nous ont bouleversés. Pour mieux comprendre notre relation envers soi, notre entourage et notre environnement. Peut être lu pour le plaisir d'un roman ou dans un objectif de croissance personnelle.

Le livre est disponible au coût de 19,95$.

Par téléphone: (514) 256-9000, en région: 1-877-256-9009
Par Internet: http://www.editionstnt.com/Livres.html Par la poste: Reflet de Société 4233 Ste-Catherine Est Montréal, Qc. H1V 1X4.

Filed under: Agence Science-Presse Tagué: | follicules pilleux, gène, peau, Perte des cheveux, repousse des poils, salamandres, souris, tritons, Université de Pennsylvanie


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte