Magazine Beaux Arts

Viens faire un tour du coté de chez Suzy

Publié le 03 mai 2010 par Katrin

Paris la nuit hante Brassai.

« La nuit suggère, elle ne montre pas.

Elle libère des forces en nous qui, le jour, sont dominées par la raison. »


  Brassai_chez_suzy1

Il aime les visages qui racontent une histoire, les petits métiers, les bordels, les réverbères, les lueurs des pavés, la lumière la nuit.

Brassai_chez_suzy5

Il a par dessus tout le goût du récit et cette volonté de « reconstituer le réel ». Ne pas tomber dans le sensationnel, mais « transformer l'accidentel en immuable .


Brassai1

"L'éclairage est pour le photographe ce qu'est le style pour l'écrivain."


Brassai_chez_suzy4

Il sera l'ami des surréalistes et collaborera à la revue Minotaure. 

« Ils considéraient mes photos comme surréalistes, car elles révélaient un Paris fantomatique, irréel, noyé dans la nuit et le brouillard. Or le surréalisme de mes images ne fut autre que le réel rendu fantastique par la vision. Je ne cherchais qu'à exprimer la réalité, car rien n'est plus surréel. »


Brassai_chez_suzy2

Pour la série consacrée à « Chez Suzy », bordel parisien, Brassaï demande à son assistant Kiss de « jouer » le client. Tout est mis en scène, cadré, éclairé. Dans le laboratoire qu'il a fait installer avec un agrandisseur dans sa chambre d'hôtel, il s'occupe seul du tirage de ses négatifs.


Brassai_chez_suzy6

 « Pour devenir image définitive, la photographie, cette transcription en noir et blanc et en deux dimensions du monde, doit respecter l'équilibre entre la chose vivante et la forme, car ce que j'ambitionne, c'est de faire quelque chose de naïf et de saisissant avec le banal et le convenu. »


Brassai_chez_suzy3


Photos: Chez Suzie: Images de la prostitution parisienne dans les années 30 - Brassai


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :