Magazine High tech

Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo

Publié le 03 mai 2010 par Guls
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo
Dévoilé pour la première fois à la Game Convention de 2008, Heavy Rain a fait couler beaucoup  d’encre. Quantic Dream et plus particulièrement son PDG, David Cage, nous avaient promis une expérience unique, à la frontière du cinéma interactif allant encore plus loin dans le réalisme et l’immersion que son précédent titre : Fahrenheit. A l’heure où nous écrivons ces quelques lignes le dernier bébé de notre créateur français s’est déjà vendu à plus d’un million d’exemplaires. Une pluie d’acclamation lui a été réservé lors de sa sortie, mais aussi pas mal de critiques. Alors, génie ou simple coup de pub ? C'est ce que nous allons tenter d'élucider dans ce test...
A quatre, on s'éclate
Vu comme un extra-terrestre vidéo ludique, Heavy Rain nous propose de vivre les aventures de quatre protagonistes confrontés à un tueur en série : Le Tueur aux Origamis. Vous allez donc vivre dans la peau d’Ethan Mars, un père déchiré par la mort de son premier fils et découvrant avec horreur la disparition du second ; Puis vous incarnerez tour à tour une journaliste au passé trouble nommée Madison Paige, un détective privé du nom de Scott Shelby ou encore Norman Jayden, un profiler du FBI sur-équipé . A vous de faire les « bons » choix afin de découvrir qui est vraiment ce serial killer...
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo
Un Système de jeu immerssif.
MPAR (Motion Physical Action Reaction) : derrière ce nom barbare ce cache le coeur du gameplay d'Heavy Rain. Entre QTE et reconnaissance de mouvements, le système de jeu nous propose de reproduire chaque geste des personnages, même les plus anodins comme ranger les courses faire la vaisselle, lancer une balle ou même pousser notre enfant sur une balançoire. Cela peut paraître déroutant au début, mais très vite on se prend au jeu et l'immersion se fait naturellement. C'est sur ce point que repose tout le jeu, le fait de participer au moindre fais et gestes de nos acteurs nous font éprouver les sentiments de chacun. Chaque action contextuelle aura un impact plus ou moins important sur la suite de l'histoire.
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo
Heavy Rain est avant tout un thriller interactif où à aucun moment vous n'aurez la certitude de faire le bon choix. Par ailleurs y à t'il un bon ou mauvais choix ? A vous de le découvrir mais sachez qu'à tout moment la moindre décision peut vous faire basculer vers une issue tragique. Il faut bien avouer que la prise en main d'Heavy Rain est des plus déstabilisante au début : appuyer sur un bouton et un stick juste pour avancer semble est un peu étrange à l'heure où les jeux réduisent de plus en plus les commandes nécessaires, mais à y regarder de plus près l'idée n'est finalement pas si mauvaise.
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéoLe stick gauche pour orienter la tête et le bouton R2 pour avancer dans la direction où vous regardez, voilà un système très réaliste il faut l'avouer. Tout est fait pour avoir l'impression d'être à la place de notre personnage. On se retrouve donc avec un gameplay bien pensé pour vivre une histoire digne d'un film hollywoodien le tout soutenu par un graphisme parmi les plus poussés du catalogue de la PS3.
Un graphisme sombre pour une histoire qui l’est tout autant.
Les développeurs de chez Quantic Dream ont voulu nous faire vivre une expérience à part entière. En jouant sur les couleurs, les lumières et les émotions se dégageant de chaque participants, le jeu va vous plonger dans un univers proche du film Seven. En prenant par exemple la lumière du soleil, on pourra ressentir la joie et à l’inverse l’arrivée de cette pluie torrentielle nous fera plonger dans l’enfer de cette enquête.
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo
Si Heavy Rain n'est pas aussi beau qu'un Uncharted 2 ou un Final Fantasy XIII, il reste un vrai plaisir pour vos yeux. Les points que l’on pourrait le plus reprocher au titre seraient la rigidité du déplacement ou encore des bugs d’affichages. (Au passage vous aurez peut être même le droit à un bug qui plaira à une majorité masculine...) A contrario la plastique de nos héros est finement modélisée, ce dont vous aurez l'occasion de faire l'expérience via certaines scènes un peu dénudées.
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo
Difficile de vous parler de l'histoire sans dévoiler une partie de l'intrigue, et on se contentera donc de dire qu'Heavy Rain est une expérience à vivre pleinement et que tout choix entraîne ses conséquences.  Mais rassurez vous la mort d'un de vos personnages n'entraînera pas le redouté Game Over, et impliquera juste une fin différente. Il sera d'ailleurs possible de recommencer plusieurs fois le jeu si vous souhaitez découvrir les 18 fins alternatives sachant qu'il vous faudra une douzaine d'heure pour en voir une.
Test : Heavy Rain, entre cinéma et jeu vidéo
Un jeu qui ne laisse pas indifférent
Heavy Rain est-il un jeu sur fond de thriller ou un film interactif ? Ce qui est sûr c'est que le bébé de David Cage ne laisse personne indifférent, les uns diront que ce n'est pas un jeu, mais une simple suite de choix, les autres feront son éloge en parlant d'un nouveau genre. Je dois avouer que j'appartiens à la deuxième catégorie, c'est pour cela que je ne peux que vous conseiller de sortir votre parapluie et d'aller mener l'enquête.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guls 278 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog