Magazine Maladies

Malade du cœur, surveillez vos dents

Publié le 04 mai 2010 par Estelle36


malade du coeur, surveillez vos dents

Il est aujourd'hui bien établi que santé du cœur et santé dentaire sont étroitement liées. Une étude récente montre une corrélation directe entre le nombre de dents présentes en bouche et le risque de développer une maladie cardio-vasculaire. Le mécanisme d'action des bactéries buccales expliquant ce lien de cause à effet est connu de longue date.


Malade du cœur, surveillez vos dents !
Les bactéries proliférant à l'occasion d'une infection dentaire (abcès, poche parodontale ou déhaussement) migrent dans la circulation sanguine et vont se fixer à distance sur des organes du corps. Quand les bactéries colonisent les valves du cœur, elles créent une endocardite infectieuse dont les conséquences peuvent être fatales chez les personnes ayant une maladie cardiaque. Les endocardites infectieuses d'origine bucco-dentaire (abcès, poche parodontale ou déhaussement) représentent 20 % des cas.
Les personnes souffrant de problèmes cardiaques, particulièrement celles à risque d'endocardite infectieuse (MREI), devraient donc faire surveiller très régulièrement leur état dentaire, une consultation chez le dentiste deux fois par an étant le minimum.
Endocardite et surveillance dentaire
Or, d'après une étude menée par l'Union Régionale des Caisses d'Assurance maladie de Rhône-Alpes(1), la surveillance bucco-dentaire annuelle des malades à risque d'endocardite infectieuse n'est pas meilleure que celle de la population générale et il s'avère qu'elle est même moindre ! D'après l'URCAM, les malades à haut risque d'endocardite infectieuse(2) sont moins bien suivis sur le plan dentaire.

Risque dentaire : manque de conscience

Cette carence provient d'un manque de conscience des malades et aussi de leur médecin traitant, des incidences des problèmes dentaires sur la santé du cœur. L'URCAM précise sur son site : "Différents documents d'information ont été adressés aux MREI du groupe intervention ainsi qu'à leur médecin traitant". Cela signifie que le médecin n'a pas tenu compte des documents d'information qui lui ont pourtant été remis. "L'information n'était pas significativement associée à la surveillance biannuelle. De même, l'information n'était pas significativement associée à la surveillance annuelle, alors que la mention de surveillance dentaire sur le protocole de soins l'était très fortement" précise le site de l'Assurance maladie.

Il ne s'agit donc pas d'un manque d'information mais d'un manque de conscience de la zone cruciale que représente la bouche en termes de santé*.
Endocardite infectieuse : risque dentaire sous-estimé
On peut en conclure qu'aujourd'hui encore, le risque sur la santé générale, associé à un mauvais état bucco-dentaire, est largement sous-estimé par les malades et les médecins eux-mêmes dont les études, il est vrai, leur laissent de graves lacunes dans ce domaine. La santé pâtit de la dichotomie qui s'instaure dès la seconde année dans le cursus médical entre les dentistes d'un côté et les médecins de l'autre.
(2) Malades à haut risque d´endocardite infectieuse (MREI) : malades porteurs de prothèse valvulaire, cardiopathies congénitales cyanogènes non opérées, dérivations chirurgicales pulmonaires systémiques, patients avec antécédent d´endocardite infectieuse
 
Sources : 1 - ameli.fr Pratiques et Organisation des Soins 2010 n°1

* Points développés dans le Pratikadent, dictionnaire holistique des problèmes dentaires et des soins naturels


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Estelle36 1669 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines