Magazine France

Fillon : voix de la raison ?

Publié le 04 mai 2010 par Arnaud Lehmann

Scrutin: Fillon met en garde les députés

AFP
04/05/2010 | Mise à jour : 16:38

François Fillon a mis en garde mardi les députés UMP sur les dangers d'une suppression des triangulaires aux élections législatives, réclamée par une partie d'entre eux, en leur lançant: "les élections, ça ne se gagne pas avec des modes de scrutin".
Lors de la réunion hebdomadaire, à huis clos, du groupe UMP à l'Assemblée nationale, le Premier ministre a déclaré qu'il ne "fallait pas mélanger les législatives et le mode de scrutin du conseiller territorial", qui sera en débat dans les prochaines semaines au Parlement.
"Cela risque de créer une tension. L'opinion risque de comprendre que nous cherchons à nous protéger des résultats des régionales. Attention au retour de flamme sur les modes de scrutin", a prévenu M. Fillon, selon les participants à la réunion. Ces propos ont été confirmés par l'entourage du Premier ministre.
Le groupe UMP semble assez partagé sur la modification du mode de scrutin législatif. Proposée par plusieurs députés UMP, dont leur président Jean-François Copé et Eric Ciotti --qui a déposé une proposition de loi en ce sens--, cette réforme vise à calquer les élections territoriales et législatives sur le scrutin présidentiel.


Seuls les deux candidats arrivés en tête pourraient ainsi se qualifier pour le second tour, ce qui mettrait fin aux triangulaires. Une mesure qui viserait notamment le Front national.
Si un député a jugé "pas totalement absurde" que tous les députés soient élus avec au moins 50% des voix, un autre a apporté son soutien à M. Fillon, en soulignant que "chaque fois qu'on touche à un mode de scrutin, cela se retourne contre" ses instigateurs.
M. Ciotti a fait valoir que l'interdiction des triangulaires n'était pas une arme anti-FN, puisque cela n'avait pas empêché Jean-Marie Le Pen de se qualifier pour le second tour de la présidentielle de 2002. Redoutant l'abandon du projet, il a lancé pendant la réunion: "si on ne fait pas tout de suite" cette réforme, "on ne la fera jamais" car le calendrier sera alors trop serré d'ici à 2012.
Prenant acte des propos du Premier ministre, M. Copé a réaffirmé plus tard devant la presse qu'il était "à titre personnel" favorable "à une réforme du mode de scrutin, territorial d'abord mais aussi législatif", tout comme, "très majoritairement", ses collègues. Dans son entourage, on a reconnu toutefois que la suppression des triangulaires était "difficilement envisageable" s'il n'y avait "pas d'accord entre l'exécutif et la majorité".
Interrogé à la sortie de la réunion du groupe UMP, le secrétaire général du parti Xavier Bertrand a renvoyé au Bureau politique de mercredi soir où l'UMP arrêtera sa position.


Sur le mode d'élection du futur conseiller territorial, M. Fillon a confirmé qu'on se dirigeait vers un scrutin majoritaire à deux tours, autour duquel "un consensus semble se dégager". Le projet initial du gouvernement prévoyait un scrutin uninominal à un tour, avec une dose de 20% à la proportionnelle.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arnaud Lehmann 75 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte