Magazine Société

Quand l’écologie « majoritaire » loupe le coche du social…

Publié le 04 mai 2010 par Chezfab

daniel-cohn-bendit.jpgVous aurez remarqué que la dernière grève à la SNCF n’a pas été relayée des masses dans les médias. Au-delà de ça, quand c’était le cas, les mensonges ont fleuri comme les arbres au printemps.

Le premier d’entre eux est, comme toujours, les « jours de grèves qui seraient payés chez les cheminots ». Deux secondes de réflexion : si c’était le cas, pourquoi ne seraient ils pas en grève 365 jours par an ? Ou mieux, pourquoi ne viendraient ils pas seulement un jour par semaine pour les AG ? Cette rumeur merdeuse court depuis des années, ne tient pas la route, mais est bien là… Ajoutons, au passage, que contrairement aux habitudes de la SNCF de lisser les retraits de salaires sur l’année (comme cela se pratique dans moult endroits), la direction a décidé cette fois ci de tout prendre d’un coup. Mais comme elle ne pouvait pas (un accord limitant à 35 % la retenue maximale sur salaire), elle le fera sur deux mois… Après 17 jours de grève, coup dur et politique antisociale sont au rendez vous.

Ensuite, seconde rumeur à la con qu’aime nos journalistes à la petite semaine (et les internautes cachés derrière leur écran) : le salaire des cheminots SNCF serait d’au moins 3000€ par mois (et je passe sur les primes fantasmées). Le vieux coup à deux centimes prend encore et toujours… Sauf que, et je peux le certifier, la plupart des agents que je connais tournent à 1400€ net par mois, en 3*8 continus (jours fériés compris donc). Étonnant donc que cette rumeur fonctionne encore (mais quant on veut tuer son chien….).

Et au fait, quelles étaient les revendications ? Les salaires ? Non. Les conditions de travail ? Oui en partie, surtout pour de l’embauche. Mais la principale revendication était le maintien du fret et de la politique du « wagon isolé ». C’est un peu technique, mais en gros, c’est permettre de faire un train avec plusieurs wagons de plusieurs clients. Cela demande juste un peu de main d’œuvre…

Par quoi la SNCF remplace-t-elle les wagons isolés ? Et bien par de la route et du tout camion, via sa filiale Géodis ! Oui vous lisez bien : la SNCF devient le premier transporteur routier de France ! Elle tue 60 % de son fret (pour économiser de la main d’œuvre et du rail physique)  en mettant sur camion (et merci pour le dérèglement climatique !) son fret… Ou comment préparer la privatisation sereinement…

Face à cela, je m’attendais à des réactions fortes : celle de la CGT le fut (partie prenante du mouvement) tout comme celle de SUD (pour les mêmes raisons). La CFDT a joué les traître de service (c’est beau de signer des textes avec les associations écologistes pour se dire écolo, et laisser mourir l’outil qui permet de réellement préparer l’avenir). Côté politique, l’UMP a fait dans la surenchère habituelle, le FN aussi, le PS a fait le mort. Le PCF, les Alternatifs, les Décroissants et le PG ont soutenu les grévistes. Mais, et c’est là le plus intéressant compte tenu de l'enjeu, quelle fut la réaction d’Europe Ecologie et des Verts ?

Et bien elle fut… comme celle du PS à peu de chose prêt : pas un mot dans la presse, pas un communiqué de presse, pas une réaction ! Enfin pardon, si, une pour faire un peu de lèche genre « les usagers pris en otages » mais en ajoutant un appel au dialogue social (vaste blague non ?) : http://lesverts.fr/article.php3?id_article=5153

Et d’ailleurs, lisons bien le communiqué : le problème est donc que « De même, pour une question d’équilibre budgétaire et faute d’harmonisation des conditions de concurrence entre les différents modes de transports dont la route, la SNCF a décidé d’abandonner une grosse partie de ses trains de marchandises favorisant, avec le soutien du gouvernement, la circulation de plusieurs milliers de camions supplémentaires. »

Ha ? Donc la concurrence est acceptable mais pas en l’état ? On doit laisser la SNCF se démanteler et être privatiser si on lui assure « une concurrence correcte » ? Bon j’avoue, je force le trait car je pense qu’ils souhaitaient plutôt dire que la SNCF devrait se voir favorisé du fait d’un coût réel plus faible (si on demandait de payer toutes les taxes et autres aux camions).

Le problème, c’est que demander la réouverture du dialogue social n’est pas s’afficher aux côtés des grévistes, ni soutenir leur cause. C’est juste faire le minima, en stipulant au passage que les « voyageurs ne devraient pas payer le prix de »… Trop facile non ?

Au contraire, l’occasion était claire de s’afficher pleinement dans l’action en ouvrant des tribunes aux agents en grève, en les soutenant en ce déplaçant sur place, en faisant un communiqué réellement offensif, soutenant pleinement (comme celui du PG par exemple : http://www.lepartidegauche.fr/editos/actualites/2568-le-parti-de-gauche-condamne-la-direction-sncf-et-le-gouvernement ). En clair, faire une réelle annonce liant Grenelle de dupe, fret, environnement et social. Et liant pour le coup social et écologie !

Même si, et je ne suis pas dupe justement, je sais que le PG a pour le coup un passif à digérer sur l’écologie avant d’être totalement crédible, je ne peux que remarquer que la "centrisation" des Verts et d’Europe Ecologie continue de plus bel. Le centre gauche n’est pas loin : terminée la radicalité, pas de dénonciation de l’Europe dérégulatrice, pas de soutien aux galériens du rail. Non, juste une position "boboisante" pour les « CSP+ » comme ont dit pour faire bien, genre « pauvre voyageurs ». D'ailleurs, comme on me l'a confirmé au sein des Verts et d'Europe Ecologie (où je garde quelques amis) : "Tu comprends, la grève n'était pas populaire, et nous on construit le mouvement alors..."

A trop vouloir plaire à l’électorat uniquement, on oublie souvent ses idées, et là, l’écologie politique vit son mauvais moment, tout comme le PS il y a quelques années. Ce moment où au nom du poids de gouvernance, on s’abaisse à ne plus radicaliser son idée, son discours…

Gorz le disait : il ne peut y avoir d’écologie politique sans social. Sans cela, on est dans l’associatif. Et je crains que l’écologie politique majoritaire (pour l’instant) en France prenne un peu trop la route du PS…Devra t on faire émerger une force réellement radicale, écologiste et sociale ? Oui...

Ajout du 04 mai : j'écoutais Daniel Cohn Bendit à la radio. Il se présentait comme "porte parole d'Europe Ecologie" pour dire que "dans la loi Grenelle 2" il y a "surement du bon". Décidément...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chezfab 4794 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine