Magazine France

Liberté d'expression

Publié le 04 mai 2010 par Malesherbes

A l'initiative de Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, des députés UMP viennent de créer,  un « collectif des parlementaires pour la liberté d'expression ». Vingt-huit députés UMP de sensibilités très diverses – quel joli mot, sensibilité, appliqué à des personnes qui n’en semblent guère dotées – ont déjà rejoint le collectif, parmi lesquels Christian Vanneste, Jean Tiberi, Bernard Debré ou Marc Le Fur, vice-président de l'Assemblée. Françoise Hostalier (Nord), membre de ce collectif, précise : « La répétition des polémiques avec des enseignants, des journalistes, des magistrats, des élus, voire même des préfets,  qui sont empêchés de parler, menacés, traduits devant des tribunaux, pose problème dans une démocratie qui, par ailleurs, se veut exemplaire en matière de droits de l’Homme ». 
Ce bien-intentionné collectif rappelle qu’il «  appartient aux députés » de garantir la liberté d'expression inscrite à l'article 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen. « Or il semble que de plus en plus, de manière directe ou indirecte, la censure s’exerce au-delà de ce que pourrait prescrire la loi »  C’est ce qui conduit M. Luca à dénoncer « le pouvoir des juges et des associations », citant par exemple le « procès d'intention » récemment fait au journaliste Eric Zemmour :  « C'est une preuve de faiblesse, le tribunal. Et quand on fait taire, ça s’appelle la dictature ».

Ces preux chevaliers de la liberté me semblent tout ignorer de la démocratie, fondée sur la séparation des pouvoirs : il appartient aux députés de voter les lois et aux juges de les faire appliquer. Ainsi, quand un ministre, usant de sa liberté d’expression, tient lors de  l’Université d’été de l’UMP des propos incompatibles avec les droits de l’homme défendus par les susdits, c’est un tribunal qui déterminera s’il ne s’est pas rendu coupable d’une infraction. A ce jour, le procureur a considéré que notre Ministre de l’Intérieur  avait proféré une injure raciale, abusant ainsi de sa liberté d’expression..

Vous avez certainement remarqué que, désormais, les déplacements de notre Président bien-aimé sont soigneusement encadrés. L’assistance se compose le plus souvent de forces de police nombreuses et de militants UMP judicieusement sélectionnés. J’en retire l’impression qu’il s’agit là de faire taire les opposants. Serions-nous en dictature ? Ces nobles législateurs souhaitent faire disparaître les polémiques. Oublieraient-ils que, ce qui  caractérise une dictature, c’est entre autres l’absence de polémiques, tout comme l’élimination de toutes les associations, à l’exception de celles vouées au culte du chef ?

Quant à M. Zemmour, en quoi donc sa liberté d’expression a-t-elle été restreinte ? Il a parlé librement et nul n’a mis obstacle à ses propos scandaleux. A-t-il pour autant été privé de sa tribune dans l’émission On n’est pas couché sur France 2, où il est coutumier de ce genre d’explosions ? Que nenni ! Et on ne lui a pas fait un procès d’intention mais critiqué les propos qu’il a librement tenus, propos dont d’aucuns pouvaient tirer argument pour condamner collectivement deux communautés.

Une expression libre doit être utilisée de manière responsable. Lorsque l’on viole la loi, on s’expose à des sanctions et nos champions UMP n’ont qu’à bien s’en souvenir !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Malesherbes 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte