Magazine

Se prendre une cuite au champagne Chez Castel, ça n'a pas de prix !

Publié le 09 mai 2010 par Mattattack905
Oui, je sais ce que vous allez dire... je vous délaisse et je délaisse mes petits camarades... 
Oui, mais non. 
Non, parce que ce n'est vraiment pas volontaire, vraiment. J'ai juste une vie super chargée ces derniers temps. Non non, je ne me la raconte pas en mode "tu comprends, j'suis une fille hyper busy, j'ai pas un instant à moi, attends chut j'ai Machin qui m'appelle (il est plus important que toi mais moins que moi)", non. J'revendique juste le fait d'avoir du passer des examens de fin d'année, d'avoir du boucler un projet (on y revient) et d'avoir accessoirement une vie sociale IRL (et un autre blog à faire tourner).
Mes excuses étant faites (oui je sais, ça ne ressemble pas vraiment à des excuses, mais s'en est), laissez moi vous parler de LA soirée de l'année (en tout cas LA soirée de l'année à laquelle j'ai eu le droit de participer...). Il faudrait peut-être d'abord que je vous pose le contexte mais j'avoue avoir un peu la flemme, alors allez jeter un oeil sur l'article où je présente le défi pour lequel cette soirée était organisée. Voila, c'est fait ? Alors je m'y met...
Mercredi soir, j'étais donc cordialement invitée, avec les autres membres de ma petite équipe de 10 et deux personnes de la direction de mon école, à la soirée de remise des prix du Défi L'Express Grandes Ecoles. Au programme : remise des prix et cocktail au Musée Grévin (ouahhh), Paris by Night en bus à étage (par 3°C c'est cruel) et fin de soirée/nuit Chez Castel (re-ouahhh).
Se prendre une cuite au champagne Chez Castel, ça n'a pas de prix !
Déjà, quand vous faites le pied de grue en robe de soirée/talons hauts devant le Musée Grévin sur les coups de 20h, vous comprenez que vous n'avez pas l'air du visiteur lambda qui s'émerveillera devant les statues de cire d'Aznavour et d'Elton John (quoi que). La cérémonie de remise des prix dans le théatre du musée, tout en colonnes et en miroir, ça en impose aussi. Surtout quand les maîtres de cérémonie sont Christophe Barbier (rédac' chef de L'Express, pour les non-initiés) et Nathalie Renoux (madame info sur M6) et qu'au bout d'un moment vous entendez le nom de votre école ! Passer la frayeur de l'escalier en fer forgé sur lequel il faut jouer au funambule, on s'émerveille du prix reçu (le Prix spécial du Jury, mieux que rien mais pas mieux que la première place) et on rassure ses jambes flageolantes en se rendant compte qu'avec l'éclat des projecteurs, on ne voit ni Mac Lesggy assis au premier rang, ni les autres concurrents assis plus en arrière.
Après ça, on passe dans la salle où est servi le cocktail et où on se gave littéralement de petits fours succulents, de verrines justement sucrées et qui éponge le champagne servi à volonté et qu'on ne saurait refusé tant il est bon. On déambule à travers les statues styles renaissances en souriant par-ci à un Nicolas De Tavernost, par-là à une Aïda Touihri. On papote un instant avec Richard De Vendeuil, notre parrain rédac', cherchant les raisons de notre absence sur le podium et celle de notre prix "sympa-quand-même".
Et puis on termine la soirée, après un tour de Paris dans le froid et dans la nuit, dans une boîte de nuit apparemment très select' (je ne suis pas assez informée des soirées parisiennes pour en juger par moi-même), Chez Castel. On y est accueillit comme des rois, on y rencontre des hommes aux discours un peu embrumés mais intéressants malgré tout, on y voit danser Mac Lesggy et Stéphane Renault. 
Et tout ça aux frais de la princesse ! Alors oui, se prendre une cuite au champagne Chez Castel, ça n'a pas de prix (sauf pour L'Express).
Se prendre une cuite au champagne Chez Castel, ça n'a pas de prix !
Ah j'oubliais, hormis le fait de m'avoir fait vivre une soirée mémorable, j'ai aussi la réponse à LA question qui nous a tous tarauder les dimanches soirs devant E=M6 ! Mac Lesggy a réellement besoin de lunettes (non il ne les portes pas juste pour se donner l'air intelligent) ! J'en suis la preuve vivante puisque, non contente de répondre à ma question, il me les as fait essayer... s'en est suivi un début de migraine... mine de rien !
PS : je souhaite la bienvenue à Anaïs, aussi, quand même ! Enfin une autre nana dans notre petite équipe jusque là bien trop masculine (mode féministe : ON)

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :