Magazine Voyages

Pour Méditer – Le temps des cerises

Publié le 09 janvier 2009 par G781px

J’ai calculé le nombre d’années qui me restaient à vivre et j’ai découvert que j’avais maintenant beaucoup moins de temps à vivre que d’années déjà vécues.

Je me sens comme un enfant qui a reçu un bol de cerises pour son gouter. Les premières cerises, il les dégustent goulument, puis il s’aperçoit qu’il lui en reste peu dans le bol, et pour faire durer le plaisir, il suce les noyaux plus longuement…

Je n’ai plus de temps pour la médiocrité. Je ne veux plus participer à des réunions où chacun ne cherche qu’à gonfler son ego. Je suis soucieux pour ceux qui ne cherchent qu’à écraser leurs prochains, alors qu’en fait il ont de l’admiration pour eux, uniquement en vue de récupérer leur talent, leur place et leur chance. Je n’accepte pas qu’on puisse perdre son temps à vouloir écraser l’autre.

Je n’ai plus le temps pour des projets mégalomanes. Je ne participerai plus à des réunions au cours desquelles on fixe une date en vue de supprimer la misère du monde. Je ne veux plus que l’on m’invite pour débattre de projet afin de révolutionner le nouveau millénaire. Je n’ai plus le temps de participer à des réunions pour discuter de statuts, de procédures et de règlements .

Je n’ai plus le temps pour sermonner les personnes, qui, malgré leur âge, sont toujours immatures.
Je ne veux plus voir les aiguilles de l’horloge tourner lors de réunions de “confrontation” interminables dont la finalité est de chercher à mettre les choses au clair.

Je déteste l’idée de combattre des moulins à vent, seulement en vue d’obtenir un titre pompeux. Le plus souvent les gens ne débattent par sur le fond, mais pour mieux paraître.

Mon temps est compté pour le perdre à débattre pour l’apparence, je recherche maintenant l’essence des choses, car mon âme est pressée…

Je n’ai plus beaucoup de cerises dans mon bol, je veux vivre auprès de gens aux valeurs humaines, de gens vraiment humains, de gens qui savent rire de leurs erreurs, je ne veux plus vivre auprès de gens qui se délectent de leurs succès, de gens qui se considèrent élus avant l’heure. Je veux vivre auprès de gens qui ne fuient pas la mort, de gens qui défendent la dignité des exclus et veulent juste marcher à côté de Dieu.
Je veux maintenant marcher à coté de gens et de choses simples, profiter de l’amour ne sera jamais une perte de temps.

La quête de l’essentiel donne valeur à la vie.

Adaptation d’un texte d’un auteur brésilien inconnu


Publié dans Découverte, Ethnologie, Littérature Tagged: Civilisations, Découverte, Littérature, musiques

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


G781px 22 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine