Magazine

Lili-oto artiste trop radical ! Point de vue de ce monde de l'édition ou d'éditeur qui tricote dans le mou et le consensuel

Publié le 20 avril 2010 par Artoongstudio

Contacté par mail par un éditeur intéressé par les images de lili-oto sur le blog de la biennale d'art contemporain Out contre la biennale de Lyon 2009-10 pour faire la couverture d'un livre sur les auteurs créateurs et la politique (d'après ce que j'ai compris, mais je n'ai jamais pu avoir la liste des auteurs). L'éditeur après avoir trituré mes images de l'album la sarkolade que l'on trouve sur internet pour en faire un montage personnel que j'ai refusé a rejeté la dernière proposition que j'ai faite sous le prétexte que j'étais un artiste trop radical ! Extrait du dernier mail après plusieurs échanges et propositions de couvertures: «après avoir pris une connaissance il est vrai plus complète de votre travail, nous trouvons qu'en effet ce volume collectif (et ce qui en ressort) ne s'aligne pas sur l'engagement radical qui est le vôtre». Tu parles d'un engagement radical !!!!!!
  

   - Si être trop radical c'est d'exiger que les musées d'art contemporain ne soient plus dirigés par des historiens mais par des artistes comme dans le théâtre, la danse, la musique et remplacés par des espaces de diffusion pour la création contemporaine...
   - Si être trop radical c'est d'exiger que les institutions culturelles et artistiques en France ne fonctionnent plus dans l'opacité totale qui permet l'arbitraire, des méthodes discrétionnaires, des injustices notoires, des conflits d'intérêts, des délits d'initiés, une politique culturelle clientéliste et surtout une culture ultra libérale basée uniquement sur la spéculation financière des œuvres d'art, des institutions culturelles qui ont balayé totalement leur mission initiale d'intérêt public au profit des intérêts du marché international d'art contemporain et de ses grands marchands d'art en bloquant toute émergence artistique qui ne respecte pas les règles édictées par ce commerce spéculatif véreux...
   - Si être trop radical c'est d'exiger la suppression des commissaires d'exposition qui favorisent cette opacité institutionnelle.
   - Si être trop radical c'est d'exiger une équité de traitement envers toute la communauté artistique en France...
   - Si être trop radical c'est d'exiger une véritable démocratisation culturelle dans le dit art contemporain noyé par un corporatisme puant et abjecte soutenu par des conservateurs ou des directeurs de ses institutions.
   - Si être trop radical c'est de dénoncer le virage très à droite du ministère de la culture depuis des lustres et que Frédéric Mitterrand renforce par la nouvelle réorganisation de ce ministère dont l'objet est uniquement d'offrir une rentabilité maximum au profit de l'industrie culturelle et de ses industriels déjà riches à milliards.  
   - Si être trop radical c'est d'exiger que les artistes puissent vivre dignement de leur activité créatrice et non dans la misère et sous le chantage du Rsa.
   Si être trop radical c'est de refuser la main mise sur internet par le pouvoir politique...
   Si être trop radical c'est d'espérer un changement politique réellement à gauche avec des politiques solidaires qui rejètent la spéculation financière véreuse et mafieuse.
   - Si être trop radical c'est de contester l'installation d'un conseil de la création artistique au sein même d'un pouvoir régalien indigne d'une démocratie ou du peu qu'il en reste s'il en reste quelque chose...
   - Si être trop radical c'est de dénoncer les ententes et les collusions politiques entre le pouvoir UMP en place et son opposition parlementaire ou régionale (parti socialiste) dans le domaine du dit art contemporain par le biais de ces institutions et de ses aides aux artistes (ou du peu qu'il en reste) ...
   - Si être trop radical devient un prétexte à un éditeur pour publier un livre sur la communauté artistique et la politique afin de gommer au nom de cette soi-disant radicalité des émergences artistiques pour faire dans le mou et le consensuel...
  

Dont acte et soyons des artistes soi-disant radicaux face à un nouvel ordre économique mondial manipulé par les grandes fortunes qui lui ne donne pas dans la dentelle pour radicaliser ces politiques économiques qui envoient des millions de gens tout droit dans la misère au nom de ses propres intérêts financiers et qui assassine nos civilisations en semant la confusion... Faire une humanité sans elle c'est comme parler des artistes sans eux, n'est-ce pas! Enfin c'est sans rancune, mais avec cette politique culturelle libérale qui n'est que le fruit d'artistes «initiés», il est évident que les grands mouvements artistiques (dada, surréalisme, nouvelle objectivité, situationniste, art brut, etc.) qui ont marqué le 20eme siècle n'auraient pas vu le jour tout en survivant bien sûr comme nous dans la pénombre...
" Un pays aveugle de sa propre poésie est un pays condamné irrémédiablement aux ténèbres " Lili-oto
Voici la dernière image que j'ai proposée pour la couverture de ce livre, attention danger!!!

 

danger


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Artoongstudio 159 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte