Magazine Golf

Le Gattaca du golf

Publié le 05 décembre 2007 par Brigitte Contois

Prendre le mal à la racine. Voilà un proverbe de nos aïeux que je mets à la vision futuriste d'un Gattaca version golf. Imaginons un moment une école qui prend les meilleurs pour préparer les meilleurs managers de golf. Oui c'est de l'utopie mais un petit mieux vaut plus qu'un rien de rien. Prenons un futur dirigeant de golf qui pense, réagit et gère le golf dans une organisation intelligente privilégiant la satisfaction du client golfeur. Cela part du bon sens mais vu les constats des déboires des golfeurs sur nos parcours et les mauvaises expériences s'accumulant, l'idée de satisfaire le client et de mettre tout en œuvre pour y arriver n'est pas acquise. Pourtant c'est le fondement de la qualité. C'est là que j'enfile le collant bleu et la cape rouge pour sauver le management des golfs. Bof, peut-être pas la peine de se déguiser en héroïne des causes désespérées mais je vais faire un tour du côté de l'AIMG, l'école de formation des directeurs de golf à Montpelier. Je ne suis pas là pour juger la pertinence de cette école dans l'univers très prisé du golf français mais au moins ça existe. Certes j'interviens indirectement, j'accompagne et seconde le formateur principal. Mon but n'est pas de jouer le messie des nouveaux golfs mais je vais prendre la température des mentalités des futurs dirigeants de nos golfs ou du moins ceux qui pourront dire au directeur du golf qu'il pourrait faire mieux. Je suis curieuse de connaître leur état d'esprit actuel et s' ils ont conscience de la valeur ajoutée d'une qualité de service irréprochable dans le cadre d'un complexe sportif, touristique et hôtelier. La meilleure résultante d'une intervention sur la qualité sera peut-être un souci de faire mieux et de continuer à le faire. Peut-être qu'une promotion diffère d'une année sur l'autre mais il y aura peut-être un ou une qui gardera un objectif positif dans le souci d'une amélioration des prestations. La culture française est loin de celle américaine qui pousse à être le meilleur, le prouver et de continuer les efforts mais en justifiant par des chiffres, ça fait toujours tilt. Le vilain petit canard finit par s'envoler vers les étoiles dans Gattaca. Tout espoir est permis même pour l'imparfait.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Brigitte Contois 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines