Magazine Sport

Leproux échouera sans résultat sportif

Publié le 18 mai 2010 par Benjphil

45704Robin Leproux, président du PSG, a dévoilé mardi son plan visant à « pacifier » les tribunes du Parc des Princes avec pour axe fort la volonté de « séparer et mélanger » les virages Auteuil et Boulogne.

Alors comme ça, profitant de la fin des abonnements dans les virages Auteuil et Boulogne, Robin Leproux souhaite faire de la mixité dans ce qui constituait jusqu'à samedi dernier, la plus belle caisse de résonance de Ligue 1. Dissoutes les associations, exclus les abonnés, l'ambiance du Parc des Princes, dernier argument valable pour le recrutement de joueur (avec les salaires) vole en éclat. L'augmentation des prix qui pourraient suivre (très paradoxale lorsqu'on veut faire « revenir les familles au Parc des Princes » devrait finir d'achever ce qui restait de supportérisme au PSG. Pourtant, Robin Leproux va dans le bon sens et décidant de faire quelque chose, enfin, pour ramener le calme dans un stade qui n'est pas le seul en France ou en Europe à voir ses supporters divisés, mais qui a la particularité de voir un antagonisme aussi marqué socialement et politiquement. Souvent, il a été considéré comme acquis que le PSG et les pouvoirs publics n'avaient qu'à interdire de stade (IDS) les 200 à 300 énervés de chaque côté. Le plan de Robin Leproux amontre aussi que ce n'est pas si évident que cela en fait et que la culture ultra (qui ne rime pas obligatoirement avec violence) des supporters du PSG vit aujourd'hui ses dernières heures.

Wait and see ?

Alors le plan de Robin Leproux peut faire hurler. Balayer d'un revers de main 40 ans de traditions et de souvenirs fait mal et donne une impression fachisme. Mais il est également évident, que Paris doit avoir des kops pacifiés après la mort de Yann L, supposé tabassé et laissé pour mort par des gens du virage Auteuil en marge de PSG-OM. Fallait-il en arriver là ? Peut-être bien en fait. Mais tous les plans du passé, notamment Jean-Pierre Larrue en 2005, ont échoués plus ou moins lamentablement. Pourtant ces derniers étaient bien moins ambitieux !

Le paradoxe réside cependant dans l'argument présenté par Robin Leproux : « Comment peut-on demander à des investisseurs de mettre de l'argent, si on a une guerre qui donne tous les trois ans un mort ? » Passons rapidement sur le mensonge d'une guerre ouverte entre Auteuil et Boulogne depuis 3 ans et arrêtons nous sur la question des investisseurs recherchés par le PSG. Car l'investisseur il est déjà là, il s'appelle Colony Capital et se montre incapable 1/ de manager correctement ce club, 2/ d'investir suffisamment bien et juste pour fournir une équipe compétitive sur le terrain et qui aurait à elle seule évitée bien des drames. Au PSG le terreau de la haine se forme souvent (toujours) dans des résultats sportifs faibles. Pour rappel, entre la 5ème et la 38ème journée du championnat 2009-2010, le PSG a pris 37 points... Un fond d'investissement à la tête d'un club, voilà aussi ce qui a mis le feu au poudre. Faire d'un club de foot, qui décide tant de chose sur la vie et le morale de milliers de personnes l'objet financier de retraités floridiens en voilà une riche idée à la base... Merci Canal Plus.

Et voilà toute la conclusion de cette article. Augmenter le prix des places, vouloir faire des tribunes familles, faire du Parc des Princes un stade 100% footix et « pacifier les tribunes », rien de tout cela ne pourra avoir un début de chance de fonctionner dans le calme et l'adhésion sans résultat sportif. 


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Benjphil 176 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine