Magazine Environnement

L'ours polaire Knut a un an !

Publié le 06 décembre 2007 par Chantal Doumont

Knut, l'ours polaire du zoo de Berlin, fête sa première année au sommet de sa gloire !

Tom Cruise n'est qu'une des quelque 2,5 millions de personnes qui sont venues se pencher au dessus de son berceau au zoo de Berlin. L'ourson polaire Knut, devenu entre-temps une belle bête bien charpentée de 200 kilos, fête mercredi ses un an. 

L'ours polaire, véritable phénomène médiatique en Allemagne et à l'étranger, soufflera sa première bougie mercredi à 11H00 heure locale (10H00 GMT) et les responsables du jardin zoologique ont prévu de lui offrir, notamment, un beau gâteau de fruits et légumes. 

Icône publicitaire, Knut est également devenu le symbole des turpitudes climatiques mondiales en mettant en lumière, à son insu, le terrible sort des ours polaires sur la banquise fondante. 

Sa vie a pourtant débuté par un drame. Sa mère, Tosca, 21 ans, pensionnaire du zoo de Berlin après avoir été employée du Cirque d'Etat de la RDA, l'abandonne à sa naissance. Son frère jumeau meurt quatre jours après leur naissance. 

Ce destin tragique et son allure d'ours en peluche pataud ont ému la planète, d'autant qu'au zoo de Berlin, c'est la première fois en 30 ans que naît en captivité un ours polaire. 

Dès lors, la presse internationale se rue aux abords de l'enclos de petit Knut qui ne pèse à sa naissance que 810 g. A sa première sortie en public, le 23 mars, quelque 500 photographes et des dizaines d'équipes de télévision du Japon, d'Australie ou des Etats-Unis sont là. La "Knutmania" est en marche. 

Des hordes d'enfants, d'adolescents mais aussi de personnes âgées viennent chaque jour lui rendre visite. Knut a de la fièvre parce qu'il fait ses dents, et voici que la foule s'insurge : "Knut! Knut! Nous voulons Knut!". 

L'ourson se retrouve à poser pour la photographe américaine Annie Leibovitz, spécialiste des portraits de stars. Il est ensuite propulsé à la Une du magazine Vanity Fair à côté de Leonardo DiCaprio. 

Par ricochet, son soigneur, le charismatique et photogénique Thomas Dörflein, devient la vedette des magazines people et journaux à grand tirage. Le président fédéral, Horst Köhler, l'invite à sa garden-party estivale. 

Citoyen lambda jusqu'ici, le soigneur employé du zoo depuis 26 ans, divorcé et père de deux enfants, reconnaît qu'il a reçu plusieurs propositions de mariage (accompagnées de photos) depuis qu'il a pris en charge le destin de Knut. 

Il faut dire qu'il ne ménage pas sa peine puisque certains soirs, il reste parfois dormir avec Knut. C'est lui aussi qui, les premières semaines, lui donne le biberon, jusqu'à 12 fois par jour. 

Aujourd'hui, l'ours au poil jauni par ses roulades dans la boue est devenu trop dangereux pour son soigneur qui n'a plus le droit de lui rendre visite dans son enclos. 

Couvé, gâté, objet de mille sollicitudes, on dit que Knut aurait mauvais caractère. Il serait aussi capricieux. 

Le zoo de Berlin-Ouest pourrait perdre l'an prochain sa principale attraction : le transfert de l'ours préféré des Allemands est envisagé au Tierpark, le zoo de Berlin-Est, moins connu et plus vaste que celui bordant le parc du Tiergarten.

Par Yannick PASQUET pour l’AFP


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Chantal Doumont 719 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte