Magazine Poésie

Fidèle, infidèle (Jean Joubert)

Par Arbrealettres
Fidèle, infidèle (Jean Joubert)


Fidèle, infidèle

Tout te ressemble et te chante à mi-voix,
L’arbre, le vent, la gorge des collines,
L’eau qui sommeille et les veines du bois,
Le feu couvant au coeur d’une racine.

Ton corps s’étire aux courbes du salpêtre,
Dans un roseau s’apprivoise ton sang
Et sur le givre affolé des fenêtres
Une main s’ouvre et me jette ton gant.

Rien qui ne soit ton geste, ta parole
Et cette plaie toujours mal refermée
Dans ma mémoire et cette parabole
Que je suis seul encore à déchiffrer.

Si je te fuis près d’autres amoureuses
Ta bouche nue se mêle à nos baisers.
Tu viens à moi dans cette nuit poreuse
Et l’aube laisse un masque à mon côté.

L’une à tes cils, une autre ton visage,
Une autre parle et te vole ta voix,
Une autre enfin délace son corsage
Avec les mêmes gestes enfantins.

De par ce monde aux fontaines légères
Où ton reflet multiple s’écartèle
J’ai poussé les ombres passagères
Et m’y plongeant je te restais fidèle.

Mais si le feu tourne aux brises futures
Et si l’amour change de paysage
Tu ne seras sous une cendre obscure
Qu’un beau miroir hanté d’une autre image.

(Jean Joubert)

Illustration: Katerina Belkina



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Le monde froid (Jean Joubert)

    monde froid (Jean Joubert)

    Le monde froid Comme si les feux ne pouvaient que brûler bas dans le brouillard, mêlant le gris au gris, voilant la face d’un soleil lunaire. Comme si l’arbre... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Epouvantable clarté (Jean Joubert)

    Epouvantable clarté (Jean Joubert)

    Eparpille, cherchant le lieu d’asile, L’ordre fermé, le centre où se dissout la meute de poussière – tu tournoies. Quel messager? Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Fragile (Jean Joubert)

    Fragile (Jean Joubert)

    Fragile Celui qui festoyait aux tables du soleil A mordu dans la glaise étroite du tombeau, Celui qui déchiffrait le langage de l’eau Meurt d’une étrange soif... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Cavalier de brume (Jean Joubert)

    Cavalier brume (Jean Joubert)

    Cavalier de brume Ce que tu vois, ce que tu bois, ce qui frôle ta paupière, pèse dans ta main, s’allège, ce qui te lisse, te ploie, ce qui gronde puis... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Histoire de la Nonne (Jean Joubert)

    Histoire Nonne (Jean Joubert)

    Histoire de la Nonne Rebroussée par un vent brutal, sa chevelure lui tomba sur le visage, l’aveugla, l’enivra. C’était avril, le temps des rages, des errances. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • A notre seuil de silence et de froid (Jean Joubert)

    notre seuil silence froid (Jean Joubert)

    Encerclés, non par des flammes d’où jailliraient le coq, le cuivre, l’orchidée, éclatants même si mortels, mais par quatre glaciers où glissent sous le verre le... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Rouge-gorge (Jean Joubert)

    Rouge-gorge (Jean Joubert)

    Rouge-gorge Gorge de reine rouge, l’oiseau, le familier, dans le matin, ponctue le givre. Il n’emplit pas le ciel d’une clameur ni ne déploie d’ailes... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine