Magazine Emarketing

E-Marketing = Présence + Visibilité + Engagement >>> €€€ e-Commerce

Publié le 24 mai 2010 par Salahbenzakour

e-Marketing a trois finalités, gérer la Présence et la Visibilité d’une société sur le web à cela se rajoute l’ « Engagement » de l’audience.

eCommerce

La Présence c’est principalement la création et la gestion d’un site internet, un blog, une page de fan sur Facebook, un compte twitter…etc. Cette finalité nécessite des ressources comme le développement web, le design graphique, l’ergonomie, hébergement…

La Visibilité c’est le fait de promouvoir la présence sur d’autres sites à travers des liens. Les liens peuvent être de différentes natures mais la finalité reste la même : Liens sponsorisés dans des moteurs de recherche, liens naturels à travers l’optimisation du référencement, inscription dans des annuaires, bannières, emailing, placement de liens dans d’autres sites…

L’Engagement de l’audience est le fait d’engager l’audience dans une relation vertueuse pour fidéliser les eClients et les rendre ambassadeurs de la marque.

Pour les e-marchands il est important d’utiliser les bons outils pour concevoir leur boutique en ligne, l’animer et promouvoir son existence.

A/ La bonne présence

shop

a) Pour la création de boutique, il existe aujourd’hui plusieurs solutions, certaines sont même gratuites ou open source. Ceci dit gratuit ne veut pas dire que vous n’aurez rien à payer il y a toujours à un effort à fournir pour  créer sa e-boutique au niveau temps et argent. Le choix d’une solution gratuite ou payante ne devrait pas être uniquement motivé par des considérations financières. En effet certaines solutions open source ou gratuites peuvent avoir un coût complet plus important que les solutions payantes.

Dans tout les cas de figure –et comme dans toute démarche marketing- il faudrait commencer par le besoin du client final et les choses auxquelles il serait sensible.

Aussi les compétences et les moyens du e-marchand et un critère important. La maturation du projet. Parfois quand on commence une activité sur le web il vaudrait mieux la tester avec des moyens limités afin de valider le concept avant d’investir dans une solution pour lourde. Ex : Ca pourrait être un blog avec une page sur Facebook et un paiement par chèque le temps de confirmer qu’il y a un intérêt pour le produit.

b) Une e-boutique sans animation c’est comme une boutique sans vandeur. La création d’un site internet e-commerce n’est que le jalon de départ et non pas une fin en soi. Au delà des aspects organisationnels, le e-marchand devrait animer sa e-boutique avec du contenu au-delà des fiche produit. Les visiteurs et futurs clients sont en attente de contenu pour connaître le contexte du produit, comment l’utiliser, avec quoi l’associer. Ex : Si on vend de l’artisanat sur Internet les visiteurs vont vouloir aussi avoir envie de voir le contexte d’un produit, des informations sur l’artisan, sur le lieu de production…etc Aussi il faut maintenir un échange avec les visiteurs et clients à travers un blog ou un système de question et réponse. On peut aussi maintenir un échange positif avec les fans sur Facebook. Tout cela rentre dans le cadre du community management.

c) L’une des principales forces d’Internet par rapport aux autres médias est sa capacité de mesure ; en effet dans une e-boutique, un e-marchand il pourra facilement et même gratuitement en utilisant le bon outil avoir des informations détaillées sur le fonctionnement de son site et aussi sur la fréquentation,  cette mesure en presque temps réel permet d’avoir un retour par rapport à l’efficacité des actions de promotion ce qui est très pertinent pour savoir s’il faut ou non investir sur un canal de promotion. L’un des outils les plus utilisés dans ce cadre appelé Web Analytics est Google Analytics.

B/ Le Faire savoir et l’Engagement

visibility

Le savoir-faire est très important, le faire-savoir… aussi ! Ca ne sert à rien d’avoir le meilleur site e-commerce du monde s’il n’est pas visité et même s’il est visité il ne servira à rien s’il n’arrive pas à générer des ventes directement ou indirectement.

Le faire savoir c’est le fait de créer une visibilité efficace. En effet il faudrait rendre le site e-commerce visible sur toutes les sources de trafic comme les moteurs de recherche, les réseaux sociaux, les annuaires…etc mais pas n’importe comment. Le plus important est d’être visible au près du public et clientèle auxquels on s’intéresse.

a) Le référencement sur les moteurs de recherche : Pour les moteurs de recherche il faudrait définir les mots clés principaux qui décrivent l’activité et qui sont utilisés par les internautes pour rechercher le type de produit ou service proposés par l’entreprise. Une fois les mots clés pertinents sont choisis une démarche de référencement naturel et payant devrait être entreprise.  Des outils comme le générateur de mots clés de Google peuvent être utilisé pour avoir une idée des mots clés à utiliser et de leur popularité. Un critère à prendre en compte dans la définition de la stratégie de référencement c’est le nombre de résultat disponible pour un mot clé. Il faudrait trouver l’équilibre dans le choix des mots clés entre la popularité et le nombre de résultats disponibles. Un mot clé serait très intéressant s’il est très recherché et si le niveau de compétition est limité.

b) Les réseaux sociaux : Depuis une ou deux années, selon les pays, les réseaux sociaux de type Facebook, Twitter et autres se sont imposés comme une vrai source de trafic non négligeable pour les e-marchands. Ces derniers peuvent y développer une vraie relation avec des ambassadeurs de leur marque, des clients et prospects, des prescripteurs…etc. Il est très important de noter que les réseaux sociaux sont une arme à double tranchant, le e-marchand devrait y adopter une attitude humble. Quand on est dans une page Facebook il ne faut pas oublier qu’on est pas sur son propre site, un échange respectueux, courtois et positif s’impose même si certains utilisateurs ou fan adopte une communication négative envers l’entreprise, le produit, la marque ou le décideur.

c) Dans le faire savoir il y a aussi d’autre outils comme les bannières, le placement de liens, les annuaires, la gestion de la relation avec les bloggeurs (BRM : Bloggers Relationship Management) qui s’apparente au RP sur internet.

En conclusion, il est clair que pour réussir entant que e-marchand il n’y a pas que des compétences de logistique ou d’approvisionnement à avoir mais il faudrait aussi développer des compétences dans le e-marketing. L’absence des compétences informatiques n’est pas un frein, un minimum de connaissances est nécessaire pour comprendre les choix techniques qui doivent se faire. Dans tout les cas de figure il est fortement recommandé de s’entourer par des experts afin de maximiser ses chances de réussite.

Crédit photo : Brave New World, Donut Shop, Advertising


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Salahbenzakour 320 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines