Magazine Finances

Brève introduction à la finance

Publié le 25 mai 2010 par Tiflou

La philosophie initiale

Le but original des marchés financiers est de mettre en relation les emprunteurs et les détenteurs de capitaux.

Par emprunteur, nous entendons une personne/institution qui a un savoir faire particulier et qui a besoin de financer son activité, son effort de recherche et développement, etc.

Par détenteur de capitaux, nous entendons des personnes qui possèdent des fonds et qui souhaitent investir dans une activité en consentant une prise de risque plus ou moins élevée mais calculée.

Ce but est sain en soi, les marchés financiers ne servant finalement que de facilitateurs aux flux de capitaux réel entre les hommes afin de faire progresser l'humanité.

12318709881j580Z

La réalité d'aujourd'hui

Malheureusement le système idéal décrit ci-dessus est loin de la réalité, nous ne citerons ici que quelques une des dérives les plus marquantes.

Les Anglo-saxons (Principalement la Grande-Bretagne et les états-unis) et le fameux Capitalisme sont passés par là.

Peut importe ce que vous faites, qui vous êtes, ce que vous produisez, ce qui compte c'est la rentabilité. Dés lors à quoi bon produire des produits pour lesquels vous aurez 5% de rentabilité, alors qu'en spéculant sur des produits financiers vous pouvez faire +200% en une journée sans une seule goutte de sueur ?

Depuis plus d'une trentaine d'années, les anglosaxons ont fortement basés leurs économies sur les marchés financiers et ont petit à petit abandonnés leurs industries et leurs vraies entreprises [entendez par là, ceux qui produisent des biens et services utiles à l'humanité]. Ils ont orientés leurs meilleurs étudiants [par ex. ceux capables de trouver des remèdes contre le cancer] vers les métiers de la finance en leurs offrants des salaires trés attractifs. Ces mêmes étudiants ont inventés des produits financiers plus incompréhensibles les uns que les autres.

On a mis l'intelligence humaine non pas au service de l'homme, mais au service de quelques-uns. 

Les marchés financiers se sont petit à petit déconnectés de la vie réelle, il n'est plus le moyen de faire progresser l'humanité mais une machine de guerre capable de faire mourir de faim des milliers de gens pour quelques pourcentages de rentabilité.

Spéculation sur le prix du blé, crise du subprimes, crise grecque, le monstre est devenu incontrôlable. Même plus besoin d'hommes pour faire de l'argent, de nos jours un ordinateur [automate de trading] peut le faire pour vous pendant que vous profiter des bons moments de la vie...

Nous n'aborderons même pas ici les distorsions d'informations, les délits d'initiés, les occultes marchés de gré-à-gré et autres fausses rumeurs de marchés qui font de ce monde un vrai repère de vipères dénoués de toute éthique et incompréhensible à toute personne doué d'un minimum de raison ...

Un seul chiffre

Nous sommes tous concernés directement ou indirectement par la finance. Nos amis grecque peuvent en témoigné.

Nous pouvons nous caché dans la forêt en espérent ne pas être victime de la tempête. 

Le seul hic, c'est que le phénomène est plus important que le plus grand des tsunamis. 

Le PIB mondial [toutes les richesses du monde, toutes les maisons du monde, tout le travail fourni par l'humanité] est de 50.000 Milliards de dollars. Les marchés financiers pésent plus de 1.000.000 Milliards de dollars. Dis différemment, on peut tous être ruinés du jour au lendemain ... sauf les personnes qui ont su se protéger à temps.

sablier

Et maintenant

Si vous voulez évitez que vous, vos enfants, votre maison, votre temps ne deviennent un produit financier sur lequel on spécule, ou pire courir tous votre vie à éponger des dettes dont vous n'êtes pas responsable, nous vous invitons à vous abonnez à cette rubrique !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tiflou 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine