Magazine Société

Une barrière de papier

Publié le 25 mai 2010 par Lecriducontribuable
Pour prétendument lutter contre les déficits publics, le pouvoir s’applique à élever une barrière de papier. Depuis au moins une génération, à savoir 36 ans,  les gouvernements de la vraie gauche ou de la fausse droite fraternellement unis ont creusé ces déficits publics avec un plaisir évident puisqu’ils tiraient leur gloire et leur richesse personnelle de la rivière argentée des dépenses publiques. Ne voulant absolument pas pour des raisons bien connues réduire d’une façon drastique les flots tumultueux de ces déficits publics, bien que devant et pouvant le faire, le pouvoir français d’aujourd’hui se préoccupe avec une lenteur calculée d’édifier pour soi-disant les combattre cette barrière de papier. : il s’agit de l’inscription dans la constitution de l’interdiction des  déficits. Il est question d’une règle « obligeant chaque nouveau gouvernement à se fixer en début de mandat une trajectoire de réduction des déficits sur cinq ans ». La trajectoire doit atterrir dans le délai le plus lointain possible aux critères de Masstricht qui sont en eux-mêmes des critères de ruine : honneur à celui qui a inventé l’utilisation poétique du terme de « trajectoire » ! Ce serait follement drôle si l’on ne pensait pas au peuple français qui, à cause notamment de ces déficits, tombe progressivement par tranches successives dans des trappes de pauvreté. Le tout se passe dans un ballet diplomatique qu’il n’est pas possible de décrire tant il est compliqué. Il paraîtrait que ce projet plairait à l’Allemagne qui l’a déjà fait et en tire quelque fierté ; or ce pays que l’on présente comme vertueux est finalement quasiment aussi vicieux que les autres. ! D’abord,  dans le désordre incroyable des comptes publics en France, personne et pas même les énarchos-socialos les plus prétentieux avec les meilleurs ordinateurs  ne peut définir clairement ce qu’est un déficit public. Le méli-mélo de l’Etat, de ses innombrables succursales, des collectivités, des autorités administratives indépendantes avec des comptes enchevêtrés est tel que ces comptes sont  aussi sombres qu’un volcan islandais en éruption. Asseoir un document juridique sur une donnée aussi incertaine c’est aller à un échec probablement volontaire. Ensuite, les délais pour réaliser le projet d’inscription sont longs, coûteux et incertains dans leur perspective. Si la disposition était votée, il y aurait après des formalités lourdes du genre de lois organiques et aussi beaucoup de  recours possibles. Tout le monde sait que les lois de finances ne sont jamais appliquées ;  des lois rectificatives interviennent après coup et il existe une foule de combines  pour dépenser au hasard du bon plaisir momentané des politiques, ne serait-ce qu’en créant des organismes nouveaux ou des fonctions nouvelles lourds de menaces potentielles. La description des projets s’appuie sur la distinction  entre les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’investissement, celles-ci devant être épargnées ! C’est sous-entendre qu’un déficit du à la deuxième catégorie serait bénéfique ; nous voici en plein arbitraire et en pleine difficulté de délimitation telle que signalée plus haut : il n’y a jamais de bonnes dépenses publiques. Le projet de barrière de papier est l’un des résultats de la « conférence nationale des déficits publics » .L’habitude des divers pouvoirs  en France est de lancer des « parlottes » pour soi-disant essayer de corriger les calamités qu’ils créent eux-même : assises, état généraux et mêmes « grands messes (sic) » se succèdent de tous les cotés sans aucun effet pratique sinon l’effet de ruine. La question vitale des déficits n’y échappe pas. Autour de la table se sont retrouvés entre eux des gens qui creusent tous les jours les déficits et ne veulent surtout pas que l’on y touche,  sans évidemment l’avouer jamais.  Malgré sa demande justifiée l’association « Contribubales Associés », n’a pas  été conviée ! Sans rire du tout un rapport officiel préconise de viser l’équilibre vers 2 020 ! Pour bien montrer que tout cela n’est qu’un amusement, la presse, en rendant compte de la parlotte, a indiqué que le président ne voulait pas perdre son sang-froid. En effet, personne ne s’affole puisque compte tenu des délais le dispositif  ne s’appliquerait qu’à partir de 2012 ! Certes, ce n’est pas la première fois dans l’histoire que « le roi s’amuse ». Dans le système énarcho-socialo,  c’est  au détriment du peuple  et en particulier des plus pauvres

Pour prétendument lutter contre les déficits publics, le pouvoir s’applique à élever une barrière de papier.

Depuis 36 ans,  les gouvernements de la vraie gauche ou de la fausse droite fraternellement unis ont creusé ces déficits publics avec un plaisir évident puisqu’ils tiraient leur gloire et leur richesse personnelle de la rivière argentée des dépenses publiques.

Ne voulant absolument pas, pour des raisons bien connues, réduire d’une façon drastique les flots tumultueux de ces déficits publics, bien que devant et pouvant le faire, le pouvoir français d’aujourd’hui se préoccupe avec une lenteur calculée d’édifier pour soi-disant les combattre cette barrière de papier. : il s’agit de l’inscription dans la Constitution de l’interdiction des  déficits. Il est question d’une règle « obligeant chaque nouveau gouvernement à se fixer en début de mandat une trajectoire de réduction des déficits sur cinq ans ». La trajectoire doit atterrir dans le délai le plus lointain possible aux critères de Masstricht qui sont en eux-mêmes des critères de ruine : honneur à celui qui a inventé l’utilisation poétique du terme de « trajectoire » ! Ce serait follement drôle si l’on ne pensait pas au peuple français qui, à cause notamment de ces déficits, tombe progressivement par tranches successives dans des trappes de pauvreté.

Le tout se passe dans un ballet diplomatique qu’il n’est pas possible de décrire tant il est compliqué. Il paraîtrait que ce projet plairait à l’Allemagne qui l’a déjà fait et en tire quelque fierté ; or ce pays que l’on présente comme vertueux est finalement quasiment aussi vicieux que les autres !

D’abord,  dans le désordre incroyable des comptes publics en France, personne et pas même les énarchos-socialos les plus prétentieux avec les meilleurs ordinateurs  ne peut définir clairement ce qu’est un déficit public. Le méli-mélo de l’Etat, de ses innombrables succursales, des collectivités, des autorités administratives indépendantes avec des comptes enchevêtrés est tel que ces comptes sont aussi sombres qu’un volcan islandais en éruption.

Asseoir un document juridique sur une donnée aussi incertaine c’est aller à un échec probablement volontaire.

Ensuite, les délais pour réaliser le projet d’inscription sont longs, coûteux et incertains dans leur perspective. Si la disposition était votée, il y aurait après des formalités lourdes du genre de lois organiques et aussi beaucoup de  recours possibles.

Tout le monde sait que les lois de finances ne sont jamais appliquées ;  des lois rectificatives interviennent après coup et il existe une foule de combines  pour dépenser au hasard du bon plaisir momentané des politiques, ne serait-ce qu’en créant des organismes nouveaux ou des fonctions nouvelles lourds de menaces potentielles.

La description des projets s’appuie sur la distinction  entre les dépenses de fonctionnement et les dépenses d’investissement, celles-ci devant être épargnées ! C’est sous-entendre qu’un déficit du à la deuxième catégorie serait bénéfique ; nous voici en plein arbitraire et en pleine difficulté de délimitation telle que signalée plus haut : il n’y a jamais de bonnes dépenses publiques.

Le projet de barrière de papier est l’un des résultats de la « conférence nationale des déficits publics » .L’habitude des divers pouvoirs  en France est de lancer des « parlottes » pour soi-disant essayer de corriger les calamités qu’ils créent eux-même : assises, état généraux et mêmes « grands messes (sic) » se succèdent de tous les cotés sans aucun effet pratique sinon l’effet de ruine. La question vitale des déficits n’y échappe pas. Autour de la table se sont retrouvés entre eux des gens qui creusent tous les jours les déficits et ne veulent surtout pas que l’on y touche,  sans évidemment l’avouer jamais.  Malgré sa demande justifiée l’association « Contribuables Associés », n’a pas  été conviée ! Sans rire du tout un rapport officiel préconise de viser l’équilibre vers 2 020 ! Pour bien montrer que tout cela n’est qu’un amusement, la presse, en rendant compte de la parlotte, a indiqué que le président ne voulait pas perdre son sang-froid. En effet, personne ne s’affole puisque compte tenu des délais le dispositif  ne s’appliquerait qu’à partir de 2012 !

Certes, ce n’est pas la première fois dans l’histoire que « le roi s’amuse ». Dans le système énarcho-socialo,  c’est  au détriment du peuple  et en particulier des plus pauvres.

Michel de Poncins, pour Tocqueville Magazine


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lecriducontribuable 47178 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazine