Magazine

Frederico Garcia Lorca, "non au franquisme"

Publié le 25 mai 2010 par Sébastien Michel
De Bruno Doucey
éd. Acte Sud Junior,
A partir de 7,41 € sur Amazon.fr

Eté 1936, Frederico  Garcia Lorca est arrêté chez lui à Grenade par un ancien député de la droite phalangiste et une escouade de phalangiste. On l'accuse d'être un espion bolchevique. Son beau-frère, le docteur  Montesinos, élu à la mairie de Grenade vient d'être exécute. Le poète, abattu,  songe aux raisons de son emprisonnement : est-ce d'avoir revendiqué son homosexualité ou bien d'avoir tenu récemment des propos  résolument antifascistes ? Pourtant le poète se sentait en sécurité chez les Rosales, responsables du parti nationaliste. Ses amis sont venus réclamer sa liberté, en vain. « La nuit qui précéda sa mort fut la plus triste de sa vie », écrivit un jour Eluard à propos de l'homme résistant. Cette nuit-là, il ne resta au poète plus que ses souvenirs pour exister encore un peu. Et le récit de ses dernières heures se mêle comme un écho funèbre au journal d'un jeune phalangiste qui se réjouit des malheurs de Lorca et de la mise à mort de la République.  En août 1936, le chantre de la liberté est fusillé, les miliciens ont accompli leur sale besogne quelque part près du ravin de Viznar. Dans le même temps  la France et la Grande-Bretagne ont pris la peureuse décision de ne pas intervenir en Espagne, le terreau d'une nouvelle dictature. La terreur est bel et bien en marche en Europe. Ce court roman historique de la collection « ceux qui ont dit non » éclaire les jeunes (et moins jeunes) sur le destin tragique du grand poète Lorca et de sa terre chérie l'Espagne, sacrifiés tous deux sur l'autel de la violence nationaliste.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Total (Federico Garcia Lorca)

    Total (Federico Garcia Lorca)

    La main de la brise caresse le visage de l’espace le caresse à nouveau. Les étoiles ferment à demi leurs paupières bleues et les referment à nouveau. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Eau dormante (Federico Garcia Lorca)

    dormante (Federico Garcia Lorca)

    Le hibou interrompt sa méditation nettoie ses lunettes et soupire. Un ver luisant roule au bas de la montagne. Une étoile bouge. Le hibou bat des ailes et se... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Les yeux (Federico Garcia Lorca)

    yeux (Federico Garcia Lorca)

    Au fond des yeux s’ouvrent d’infinis sentiers. Ce sont deux carrefours d’ombre. La mort arrive toujours par ces plaines secrètes. (Jardinière qui coupe les... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Shinto (Federico Garcia Lorca)

    Shinto (Federico Garcia Lorca)

    Clochette d’or. Dragon pagode. Gling! gling! au-dessus des rizières. Fontaine primitive. Fontaine de vérité. Au loin des flamants roses et le volcan fané. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Les peupliers d’argent (Federico Garcia Lorca)

    peupliers d’argent (Federico Garcia Lorca)

    Les peupliers d’argent Qui s’inclinent sur l’eau Savent tout, mais ne parleront jamais. Le lys de la fontaine Tait sa tristesse. Tout est plus digne que... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Désir (Federico Garcia Lorca)

    Désir (Federico Garcia Lorca)

    Rien que ton coeur brûlant, Rien d’autre. Mon paradis: un champ Sans rossignols Ni lyres, Avec une fontaine Et un filet d’eau vive. Pas de vent qui éperonne... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Madrigal (Federico Garcia Lorca)

    Madrigal (Federico Garcia Lorca)

    Je regardais tes yeux, Etant tout jeune et sage. Et toi, tu m’effleuras La bouche d’un baiser. (Les montres ont toujours la même cadence Les nuits les mêmes... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Sébastien Michel 3013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte