Magazine Rencontre

Le Dateur se drogue

Publié le 25 mai 2010 par Dateurenserie

S’il y avait un come-back des plus improbables, c’était bien celui de Sand. Après toutes les histoires qu’on avait vécues qui dépassaient largement l’imagination et le fait qu’il était évident qu’un gentil garçon comme moi n’était pas son genre et qu’une vilaine fille comme elle n’était pas le mien, tout être normal aurait décliné une reprise de contact.

Suis-je normal? Bonne réponse!

C’était donc vendredi il y a deux semaines.

- Qu’est-ce qu’on fait pour notre come-back Sand?
- On pourrait prendre du kratom!
- Du kra-quoi?

S’en suit une explication qui ressemble à ceci.

- C’est légal? (Car moi je suis la loi au point-virgule près, voyons!)
- Très légal, on achète ça dans un magasin de hippie-raver.
- C’est quoi le buzz?
- Tu mélange ça dans de l’eau et du jus et tu te sens comme si tu étais saoul mais lucide et sans les effets du lendemain de veille.

Le meilleur des deux mondes quoi! Alors je suis allé la chercher et nous nous sommes rendus dans la petite boutique perdue, coin Prince-Arthur et De Bullion. Un commis avec une barbe des séries – en fait il se la fait pousser depuis 1993 je crois – est derrière son comptoir. Son magasin est rempli de t-shirts multicolores et placardé d’invitations pour des soirées rave ou de spectacles de musique spirituelle et relaxante. Allez-donc savoir!Le Dateur se drogue

Nous avons pris 20 grammes. Le kratom ressemble à de la farine mais de couleur vert-brun. Enfin rien d’appétissant sachant que je devrai le boire plus tard. Rendus à la maison, elle a fait bouillir de l’eau pour faire infuser la fameuse substance. L’eau est devenu couleur Fleuve St-Laurent. Même avec le jus d’orange, la couleur n’en était pas plus attrayante. En plus, les petits grains ne se diluent pas complètement dans l’eau.

L’odeur? Celle du thé. Le goût? Complètement dégueulasse. Après avoir pris une bonne gorgée, on se sent comme si ont avait avalé une poignée de sable. En voulez-vous?

J’ai réussi tout de même de peine et de misère a boire mon grand verre de plastique. Mais l’effet recherché ne s’est pas fait sentir.

- Tu ne sens rien?
- Vraiment rien? C’est normal?
- Ouais peut-être, je vais t’en faire un peu plus.
- Euhm… ok!

Après mon deuxième verre, toujours rien. J’ai même plutôt faim. On part donc s’acheter une poutine sur le plateau Mont-Royal. Soudainement j’ai senti une petite chaleur m’envahir. Et puis rapidement l’impression d’être dans un four crématoire. Je suis devenu étourdi et la sueur perlait sur mon front. Ma respiration s’est accélérée grandement. J’ai garé ma voiture sur le coté croyant que j’allais vomir. Les symptômes se sont estompés en quelques minutes pour revenir un peu plus tard.

J’avais si chaud que je marchais en t-shirt sous la pluie battante et le tonnerre qui grondait sans en tenir rigueur. Je n’avais qu’une envie: m’étendre et dormir. Je me suis couché rendu chez elle, avec l’impression de rentrer dans le matelas tellement j’étais mort de fatigue.

Même effets que l’alcool sans les mauvais cotés et la lucidité? Mon œil Sand! J’aime mieux oublier des soirées avec la boisson que de me rappeler de celle-là!

D.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :