Magazine Bien-être

Enfant roi ou fessée ?

Publié le 28 mai 2010 par Jemesensbien

Pas facile d’être parents ! Faut-il être autoritaire pour bien les éduquer ? Peut être bien que oui, Peut être bien que non ! Qu’en pensent les spécialistes ?

En novembre 2009, la pédiatre et députée Edwige Antier annonçait sa volonté d’engager une action concrète auprès de l’Assemblée Nationale pour mettre au ban de notre société l’usage de la fessée Enfant roi ou fessée ?dans nos pratiques éducatives quotidiennes. Aujourd’hui, 18 pays européens ont déjà choisi de légiférer contre la fessée, mais pas la France bien qu’elle ait ratifié la convention internationale sur les Droits de l’Enfant. Banalisée de longue date dans les familles, la fessée paraît souvent difficilement évitable pour les parents.
Plutôt que de faire intervenir une super Nounou et de se donner en spectacle à la télé, demandons conseils à trois spécialistes de la question pour ne pas être des parents dépassés…

La méthode anti-fessée
Se nourrissant de son expérience quotidienne auprès des enfants et des parents qu’elle reçoit dans son cabinet, constatant que la main levée endurcit l’enfant plus qu’elle ne l’éduque, Edwige Antier détaille les recours possibles au regard des besoins, en fonction des situations et des caractères. Dans « L’Autorité sans fessées » ou comment exercer son autorité sans fessées et sans violences verbales, un petit livre incontournable et pratique, Edwige Antier nous livre sa méthode, fondée sur quatre principes et quatre mots clés, tous illustrés par des cas concrets au fil des pages.
1. Votre enfant a besoin que vous lui disiez les codes de ce qu’il explore. Mettez du sens sur ses découvertes. C’est le : « Tu as vu… »
2. Faites diversion au moment d’un interdit. C’est le : « Non, pas ça, mais ça ».

« Chaque enfant a son caractère, mais il y a toujours une solution pour lui permettre de s’épanouir et de se sociabiliser sans lever la main » assure Edwige Antier.

3. Isolez-le un court moment lorsqu’il transgresse. C’est le « time out », l’enfant est isolé sans être humilié.
4. Anticipez votre propre fatigue d’adulte pour ne pas vous sentir acculé, car vous avez le droit d’être épuisé. C’est le : « À l’aide ! Merci ! ».
Au fil des situations et des personnalités d’enfants et de parents rencontrés, les parents comprennent comment établir clairement les limites en amont, et comment partager les émotions en mettant des mots sur les humeurs (chagrin, colère, peur, frustration…).

Apprenons à dire non !
Dans « Enfant roi Enfant sans loi », Martine Robustelli Neu, professeur d’Anglais tire la sonnette Enfant roi ou fessée ?d’alarme en analysant avec beaucoup d’humour et d’amour le statut de l’enfant aujourd’hui. « Et si nous apprenions tout simplement à dire non ? » dit-elle, si chacun (re)prenait sa place, les parents et les enfants histoire de rétablir un équilibre dans les relations enfants/parents, si les parents assumaient mieux leur rôle de tuteurs sans céder aus discours culpabilisants qui condamnent au moindre signe d’autorité. En fait « Ce que l’enfant teste, c’est votre amour de parent. » C’est sûr devoir tout le temps « gueuler » pour les remettre sur le droit chemin, c’est tout simplement épuisant, et même minant, mais si c’est pour une œuvre !

Suivons notre intuition
Jamais les mères n’ont eu à leur disposition autant d’informations, de conseils pour les aider à élever leurs enfants. Les professionnels se sont accaparé l’éducation et l’un des effets pervers de cette Enfant roi ou fessée ?surinformation est que les mères sont de plus en plus anxieuses et démunies, doutent constamment d’elles, se sentent coupables, forcément incompétentes puisqu’on leur adresse tant de leçons… a constaté Dominique Mazin, psychologue-clinicienne, psychothérapeute. « En fait l’essentiel de mon travail consiste à rassurer les mères. Or en matière d’éducation, l’intuition
maternelle est primordiale. » Pour accompagner un enfant, des repères utiles, simples, existent et sont à portée de main. Avec la journaliste Dominique François, dans « Élever un enfant, c’est pas compliqué », Dominique Mazin s’appuie sur de très nombreux exemples pour encourager les lectrices à suivre leur intuition et faire appel à leur bon sens. « Et quand, au lieu de vivre dans l’appréhension de l’avenir, les mamans se détendent, la pression sur leurs enfants se relâche et elles les laissent grandir. »

3 guides à suivre :
« L’Autorité sans fessées » par Edwige Antier, Éditions Robert Laffont.
« Enfant roi, Enfant sans loi » par Martine Robustelli Neu, 18,90 €, Respublica Éditeur.
« Élever un enfant, c’est pas compliqué » par Dominique Mazin et Dominique François, Éditions Albin Michel.
En librairie.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jemesensbien 8378 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine