Magazine Société

Médicaments : que dépenserons-nous dans vingt ans ?"Que nous couteront les médicaments en 2029 ? "

Publié le 31 mai 2010 par Thegap

La population française vieillit et c'est un des principaux paramètres du débat actuel sur les retraites. Cet accroissement de l'espérance de vie risque aussi de poser des problèmes en matière de dépenses de santé. Quels seront nos besoins en la matière dans vingt ans ? De nombreuses données manquent pour pouvoir les estimer précisément. Quels seront en effet les maladies du futur, les médicaments pour y remédier, les nouvelles pratiques médicales ? Par ailleurs, dans quel état de santé vieillirons-nous ? Comme les vieux de 2010 ou en meilleure santé ?

De ce dernier point dépendront les dépenses de santé à l'horizon 2030. Une étude commandée par Les entreprises du médicaments (LEEM) a été menée par des économistes de l'Inserm, du CNRS et de l'université de Créteil. Elle a été rendue publique mercredi 26 mai et donne quelques éléments de réponse sur les dépenses de médicaments remboursables en fonction de trois scénarios de vieillissement de la population.

Selon cette étude, les seules dépenses de médicaments remboursables prescrits en médecine de ville devraient représenter entre 7,5 et 12,5 milliards d'euros de dépenses supplémentaires en 2029, par rapport à 2004. En valeur absolue, le chiffre peut sembler important, mais ne représente qu'un accroissement annuel de 1,14 à 1,77 %. Soit des valeurs comparables aux chiffres de la croissance du PIB - hors période de crise, bien sûr... "Cet accroissement est soutenable pour le système de santé si l'on se base sur une hypothèse consensuelle de croissance du PIB", a souligné l'un des auteurs de l'étude lors de la présentation des résultats.

Comment ont été obtenues ces prévisions ? Les chercheurs ont appliqué une "méthode de micro-simulation" à des données statistiques sur la consommation de médicaments datant de 2004, année de référence des prévisions. "Nous avons fait vieillir cette base de données pour obtenir une France fictive" à l'horizon 2029. Ces Français fictifs peuvent être soit en bonne santé, soit atteints d'une maladie chronique, soit... morts. Et tout dépend de l'âge auquel ils passent d'une catégorie à l'autre.

Les projections ont été faites selon trois scénarios :

  • Les Français vivent aussi longtemps qu'en 2004 et tombent malades au même âge (scénario dit tendanciel, voir précision dans les commentaires de cette note),
  • Les progrès de la médecine permettent un vieillissement en meilleure santé (scénario de l'"healthy aging"),
  • Les progrès de la médecine permettent un vieillissement en meilleure santé ET une baisse du taux de mortalité supérieur aux prévisions (scénario "progrès médical").

Dans le premier cas, les Français vivent plus longtemps, mais tombent malade au même âge. Les dépenses de médicaments dues à la maladie commencent au même moment qu'en 2004, mais doivent être supportées plus longtemps. Selon cette hypothèse, d'ici à 2029, les dépenses auront crû de 1,44 % par an pour l'ensemble des Français âgés de plus de 25 ans.

Dans le deuxième cas, les Français seraient malades plus tard, mais vivraient aussi longtemps que dans le cas précédent. C'est le scénario le plus "enviable" d'un strict point de vue économique puisque l'augmentation des dépenses serait limitée à 1,14 % par an jusqu'à 2029.

Enfin, le troisième cas serait le plus coûteux. On ajoute au premier scénario les dépenses liées à l'âge et celle liées à la maladie chronique qui, si elle intervient plus tard, doit être supportée plus longtemps. Il en coûterait à l'assurance maladie 1,77 % de plus chaque année soit 12,5 milliards d'euros supplémentaires en 2029.

Les auteurs ont toutefois reconnu les limites de leur étude, celle-ci ne considérant certains paramètres, "toute chose égale par ailleurs". Il s'agit "probablement des taux d'accroissement minimum", ont-ils nuancé.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Thegap 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine