Magazine

PETITION: Le manifeste du Chef indien Raoni, le cri d'un peuple à court d'alternative en Amazonie

Publié le 01 juin 2010 par Podcastjournal @Podcast_Journal
Le Chef Raoni, lors de son récent voyage en Europe Francophone (France, Belgique, Luxembourg, Monaco, Suisse), a rencontré des femmes, hommes, jeunes, vieux de toutes les couleurs et de toutes les origines qui sont venus manifester leur soutien à la lutte menée depuis 40 ans pour préserver la forêt amazonienne. [Texte intégrale et signature de la pétition sur cette page (s'ouvre dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur)]urlblank:http://www.podcastjournal.net/PETITION-Le-manifeste-du-Chef-indien-Raoni-le-cri-d-un-peuple-a-court-d-alternative-en-Amazonie_a5288_2.html PETITION: Le manifeste du Chef indien Raoni, le cri d'un peuple à court d'alternative en Amazonie Tous ceux qui l'ont entendu ont été touchés par sa dignité, son courage, sa détermination. Inlassablement, la même question lui est revenue : "comment peut-on vous aider à notre échelle ?" Alors Raoni a brandi le manifeste qu'il avait rédigé quelques jours plus tôt en Amazonie avec deux autres chefs Kayapos, le cri d'un peuple à court d'alternative, ignoré par le gouvernement brésilien et prêt à mourir pour défendre ses terres menacées par le gigantesque projet de Belo Monte (un complexe de barrage pourtant annulé 20 ans plus tôt).

Le texte, poignant et percutant, est signé par les plus grands Chefs Kayapos. La plupart d'entre eux ignorant l'écriture y ont apposé l'empreinte digitale de leur pouce. Ce document exceptionnel nous replonge aux heures dramatiques de la bataille finale des derniers Indiens libres d'Amérique du Nord, avant que ceux-ci ne deviennent à jamais des fantômes sans terre.

Raoni nous a demandé que cet appel à l'aide internationale devienne pétition, que celle-ci soit signée par le plus grand nombre, dans le monde entier, afin que l'Histoire ne se répète pas.

En ligne depuis le jeudi 27 mai 2010 en version française sur www.raoni.fr, le site francophone officiel de Raoni, la pétition sera disponible sur ce même site en portugais, anglais, italien, espagnol et allemand dès la première quinzaine de juin.

Texte intégrale et signature de la pétition sur cette page (s'ouvre dans une nouvelle fenêtre de votre navigateur)
Le texte intégral de la pétition de Raoni PETITION: Le manifeste du Chef indien Raoni, le cri d'un peuple à court d'alternative en Amazonie Nous, peuple indigène du Xingù, ne voulons pas de Belo Monte. Nous, peuple indigène du Xingù, luttons pour notre peuple, pour notre terre mais aussi pour l'avenir de la planète. Le président Lula a déclaré qu'il était inquiet pour les Indiens, qu'il était préoccupé par l'Amazonie et qu'il ne voulait pas que des ONG internationales s'opposent au barrage de Belo Monte. Nous ne sommes pas des ONG internationales. Nous, les 62 leaders indigènes des villages de Bacajâ, Mrotidjam, Kararaô, Terra-Wanga, Boa Vista Km 17, Tukamâ, Kapoto, Moikarako, Aykre, Kiketrum, Potikro, Tukaia, Mentutire, Omekrankum, Cakamkubem et Pokaimone, avons déjà subi de nombreuses invasions et affronté de nombreux dangers.

Lorsque les Portugais sont arrivés au Brésil, nous, les Indiens, étions déjà là ; beaucoup sont morts, beaucoup ont perdu leurs vastes territoires, la plupart de leurs droits, beaucoup ont perdu une partie de leur culture et d'autres groupes ont totalement disparu.

La forêt est notre épicerie, la rivière notre marché. Nous ne voulons pas que les cours d'eau du Xingù soient envahis et que nos villages et nos enfants, qui seront élevés selon nos coutumes, soient en danger. Nous ne voulons pas du barrage hydroélectrique de Belo Monte car nous savons qu'il n'apportera que destruction. Nous ne pensons pas qu'au seul niveau local, mais à toutes les conséquences destructrices de ce barrage : il attirera encore plus d'entreprises, plus de fermes, il favorisera l'invasion de nos terres, les conflits et même la construction de nouveaux barrages. Si l'homme blanc continue ainsi, tout sera très vite anéanti. Nous nous demandons : « qu'est-ce que le gouvernement veut de plus ? Qu'apportera de bon tant d'énergie après tant de destruction ? »

Nous avons déjà organisé de nombreuses réunions et avons participé à de grandes rencontres pour nous opposer au complexe de Belo Monte, comme en 1989 et en 2008 à Altamira, et en 2009 dans le village de Piaraçu où beaucoup de nos leaders étaient présents. Nous avons déjà personnellement parlé avec le président Lula pour le convaincre que nous ne voulions pas de ce barrage et il nous a promis qu'il ne nous serait pas imposé. Nous avons également discuté personnellement avec Eletronorte et Eletrobrâs, avec la Funai et Ibama. Nous avons déjà prévenu le gouvernement que si la construction du barrage avait lieu, la guerre serait déclarée et il en porterait la responsabilité. Le gouvernement n'a pas compris notre message et, une fois de plus, a nargué les peuples indigènes, assurant qu'il construirait le barrage coûte que coûte. Lorsque le président Lula a dit ceci, il a démontré qu'il ne tenait aucun compte de la parole des peuples indigènes et qu'i...
www.podcastjournal.net, http://m.podcastjournal.net Podcast Journal Journal international diffusé en podcast et portail multimédia interactif de proximité

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

LES COMMENTAIRES (1)

Par Kayapos
posté le 02 juin à 18:18
Signaler un abus

Oui, mais comment et où signer la pétition ?

A propos de l’auteur


Podcastjournal 108031 partages Voir son profil
Voir son blog