Magazine Côté Femmes

La fille qui envisageait de changer de sexe et de se faire appeler Juanito del platano en la playa

Par La Chose
La fille qui envisageait de changer de sexe et de se faire appeler Juanito del platano en la playa

Ma dinde adorée, je sais que tu adores tout ce qui tourne autour de la sape, surtout la sape hors de prix recommandée par des influenceurs et portée par des phasmes filiformes qui ont bien du mal à ne pas s'envoler quand le mistral se met à déconner un peu trop.
Sache que par chez moi, en Armorique, si tu traverses le fleuve et que tu dépasses le bistrot " Chez Yaouen et Riwalenn ", la station d'essence du père Le Goff et la boulangerie de M'âme Nedelec, tu arrives au centre-ville. Et au centre-ville, y'a des magasins.
Des boutiques.
Des vitrines remplies de petites culottes, de mini-jupes, de godasses, de flacons de parfum, de pots de blush et de rimmel, avec même la truelle pour les étaler comme il faut.
Je le sais, parce que pas plus tard qu'hier, j'ai un peu été obligée d'aller y trimballer mon boule d'Armoricaine fraîchement naturalisée.

Je te la fais courte: Loutre et moi, on va marier un vague cousin (de Loutre, pas de moi) quelque part au mois de juillet. Mais c'est pas n'importe quel cousin, en fait, pas le cousin Michel de Sarcelles ou ce sacré Bernard de Poitiers (je sais pas pourquoi je dis Poitiers, en fait, ça doit me sembler inconsciemment aussi anxiogène que Sarcelles).
Non, le cousin qu'on va marier, il est de Versailles, tu vois. Plus précisément du Chesnay, qui est à Sarcelles (ou à Poitiers) ce que la truffe sauce Mornay préparée par Ducasse est au Big Mac.
Le cousin de Loutre, il va skier à Courchevel et à Gstaad en hiver, il passe l'été au Crouesty sur son voilier (qui ferait passer le Titanic pour une aimable maquette Heller vendue en kit par les Éditions Del Prado) et à Noël, il se barre à Fort-de-France ou à Miami pour ne pas se cailler les miches.
Donc quand j'ai innocemment demandé ce qu'on allait se foutre sur le dos pour le mariage, ça m'a pas vraiment étonnée que Loutre me fasse des yeux comme ceux d'un poisson en train d'agoniser sur un quai crasseux du port du Havre:

(Loutre): - Je te vois venir, mais je te préviens: tu me fous pas la honte, pas question que tu te pointes en jean pourri et tee-shirt tagué " allez tous vous faire enculer, tas de bourgeois coincés incapables de lâcher un vent sans vous précipiter dans le confessionnal le plus proche ".
(Moi): - Tu déconnes, jamais je mettrais ça sur un tee-shirt. Ça ne tiendrait pas. Ou alors, écrit en tout petit, mais là on voit plus rien, ça sert à rien.
(Loutre): - Ta gueule. Tu vois très bien ce que je veux dire. Donc ce sera jolie robe et nouvelle paire de godasses, aussi. Les pataugas merdiques qui ont fait Verdun et Mers El-Kebir, elles vont aller dire bonjour aux épluchures de courgettes au fond de la poubelle.
(Moi): - Ne nous fâchons pas, je ferai tout ce que tu voudras. Y'aura une messe, aussi?
(Loutre): - Mimine, y'aura tout le gratin de Versailles et de la congrégation de Mon Cul sur La Commode, évidemment qu'il y aura une messe, et probablement en latin, sans coupures pub ni pause pipi.
(Moi): - (J'aime pas quand tu m'appelles Mimine) Cool, ça me donnera l'occasion de briefer Phlegmon sur ce que risque un enfant, à trop traîner près des soutanes saturées de testostérone.

Bon, c'est là que j'ai pris une paire de tongs en plastique made in China (taille 41) dans la gencive supérieure, c'est pour ça que pour le moment, j'ai un peu du mal avec les T, les F et les V (comme dans " Va Te Faire ")
C'est juste après le coup des tongs que je me suis retrouvée à essayer d'enfiler mon postérieur relativement généreux dans toutes sortes de robes plus moches particulières les unes que les autres. Des robes avec des fleurs dessus, tellement de fleurs que limite y'a la ruche entière du Père Michaud qui se précipite sur toi pour te causer pollinisation; des robes transparentes, tellement transparentes que c'est tout juste si on voit pas ton pancréas et ta vésicule biliaire à travers; des robes courtes, tellement courtes que tout le monde te reprochera d'avoir osé te pointer en string à un mariage traditionaliste; des robes avec des couleurs qui te donnent envie de vomir, et d'autres avec des motifs qui te donnent envie de faire caca.

Pour le moment, j'ai réussi à ne pas choisir. J'ai encore un peu de temps devant moi. J'ai promis à Loutre d'y réfléchir sérieusement.
Donc puisqu'on est entre nous, là, toi et moi, je vais me rabaisser comme une merde et me trainer à genoux devant toi (profites-en, je le ferai pas une deuxième fois): je serai ton éternelle obligée si tu me trouves un moyen réaliste pour gagner très rapidement beaucoup de sous.
J'ai un plan sûr avec un chirurgien moldavo-ukrainien venu directement de Chişinău.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


La Chose 1831 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte