Magazine Poésie

Ouvre tes mains (Guillevic)

Par Arbrealettres
Ouvre tes mains (Guillevic)


Ouvre tes mains pour voir
Si tu caresses quelque chose

Où va s’incarner
Le nouvel instant

Que tu épouseras
Durablement.

L’instant tel que jamais
Il n’y en eut.

(Guillevic)


Illustration: Vladimir Kush



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Cerisier (Guillevic)

    Cerisier (Guillevic)

    Te voici devenu Comme ce fut rêvé, Rien que cette blancheur Effrayant l’horizon, Rien que la fiancée Préparée pour les noces. Qui te prendra? Qui doit venir? Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Mouettes (Guillevic)

    Mouettes (Guillevic)

    Pour elles c’est la faim, L’espace de la faim Et le temps de crier L’espace avec leur faim, Le temps de promener L’espace dans leur faim, D’accompagner la mer,... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Une boîte (Guillevic)

    boîte (Guillevic)

    C’est une boîte en cuivre Ouverte et profonde, En forme de rond, Tenue dans la main, Regardée longtemps. Il y a un fond pour boucher la vue, Qui sous tes regard... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Grottes (Guillevic)

    Grottes (Guillevic)

    Dans la lumière du plein jour Il y a des grottes. Dans le plein soleil Il y a des grottes. Il n’est pas toujours Mauvais de s’y rendre. De s’y résumer, De... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • L’Arbre (Guillevic)

    L’Arbre (Guillevic)

    Au-dehors l’arbre est là et c’est bon qu’il soit là, Signe constant des choses qui plongent dans l’argile. Il est vert, il est grand, il a des bras puissants. Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Portrait (Guillevic)

    Portrait (Guillevic)

    Les mains, C’est les acides. Les jambes, C’est la station debout. Le teint, C’est cette espèce de nourriture Et la toux, C’est les vapeurs de l’usine Et... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE
  • Recette (Guillevic)

    Recette (Guillevic)

    Prenez un toit de vieilles tuiles un peu avant midi. Placez tout à côté un tilleul déjà grand remué par le vent. Mettez au-dessus d’eux un ciel de bleu, lavé pa... Lire la suite

    Par  Arbrealettres
    POÉSIE

A propos de l’auteur


Arbrealettres 2788 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine