Magazine Internet

Scoopeo, nouvelle agence de développement personnel.

Publié le 01 juin 2010 par Didier Vincent

Photobucket

Les louvoiements de Scoopeo.


L’histoire de Scoopeo est celle d’un territoire public qu’on peut facilement s’approprier. Ce site offre une visibilité instantanée pour un post quelconque. Il est très facile, vu la quantité ridiculement faible de visites, de valoriser un blog de diverses manières triviales, simplistes.
Les effets sont, malgré tout, relativement limités : 100 à 500 visites pour une Home Page, mais intéressants pour une marée de petits blogueurs (dont je suis).
Ce territoire s’est constitué, au fil des ans, autour d’une communauté de fidèles qui, à défaut de s’apprécier, se connaissent. Fidèles, au sens où Scoopeo représente un lieu d’échanges récurrent et unique. Un partage de liens, mais également un partage de points de vues et de commentaires.
Ce site s’inscrit dans la mouvance des Digg Like et, dit-on, c’est le plus fréquenté des Digg francophones, même si l’audience chute depuis deux ans.
Les écueils de ce genre de site sont nombreux et la politique de modération n’est pas une mince affaire : spam, lobbies, publicité et j’en passe envahissent régulièrement son espace de visibilité. Comme les algues sur une plage, cette pollution visuelle noie ce qui reste d’authentique.
L’histoire de Scoopeo est remplie de tentatives de tirage de nappe. Elle le sera, malheureusement toujours.
C’est très facile, j’y reviens, en quelques clics (amis, comptes factices) de prendre de vitesse les utilisateurs et de taper l’incruste. Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre et mettre en pratique de manière éhontée ce procédé ad aeternam. Scoopeo est une petite entreprise (lol), d’où la facilité à en phagocyter son système. Pourquoi se gêner, puisque la modération est inexistante.
Sévissent donc, de temps à autre des commandos qui s’autoproclament « rois de la Homepage » et noyautent en peu de temps cet espace convoité.
Les coupaings apprenant la chose, c’est toute une caste qui s’agglutine sur l’aubaine faisant de Scoopeo son territoire, sa chasse gardée. C’est si facile ! Si simple ! Une jolie invasion barbare de gens ayant tous les alibis du mondes à coloniser.
Et de nous dire, narquois, : « Ne faites-vous pas la même chose à vous entre cliquer ? ». Pas tort, les bougres. Mais, sans doute entre cliquons-nous (quoique je n’aie jamais fait appel à personne, jamais de chez jamais), mais aussi, nous faisons vivre ce site de nos visites, de nos commentaires, de notre curiosité des liens des autres.
Ces petits lobbies, tout forts de l’effet de groupe font donc la loi avec leur micro mathématique de bazar : 10 personnes suffisent à déstabiliser Scoopeo en leur faveur, en un claquement de doigt.
Les derniers coucous en date sont des donneurs de leçon professionnels : soyez heureux, changez, soyez meilleurs, évoluez, sortez de votre croupitude dégénérée. Héo, on était si nases que ça, à Scoopeo pour que votre tsunami de bons conseils à la Cohelo nous déferle sur la trombine ?
D’où un appel à la modération, à l’équilibre. Scoopeo n’est pas un site de coaching. On peut revenir sur le fait qu’il propulse de petits blogs sur l’avant de la scène et que des groupes d’amis s’y entre-saluent de manière consanguine. Mais bon, là, j’en appelle à une modération qui, jusqu’à présent est frileuse et n’agit que dans certains cas extrêmes.
On peut.
Mais bon….Je suis le seul à parler, là. A vous, un petit peu…


Photobucket


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Didier Vincent 10389 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine