Magazine Cyclisme

La bicyclette qui fait du bruit

Publié le 02 juin 2010 par Jeanpaulbrouchon

Désormais il n’est plus possible en cyclisme d’accomplir des performances sans que la suspicion soit de règle ; En avril dernier, à l’occasion du tour des Flandres puis de Paris-Roubaix, le suisse Cancellara réalise deux exploits monumentaux. Tout lemonde applaudit avec chaleur et générosité tant les actions du Suisse ont été belles. Sur ce blog, nombreux sont ceux qui commentent avec louanges les performances de Cancellara.

Vélo electrique
 Tout va bien jusqu’au moment ou dans la dernière semaine du Giro, la RAI à l’instigation de son collaborateur le plus précieux en matière de cyclisme, l’ancien coureur Davide Cassani, présente un sublime vélo muni d’un minuscule appendice qui permet d’aller plus vire sans trop se fatiguer.

Il s’agit en fait d’une batterie nichée dans le bas du cadre, reliée au pédalier et actionnée grâce à un petit bouton fixé sous le guidon. Cassani affirme que plusieurs professionnels utilisent cet artifice et que lui-même avec un tel engin est capable, à 60 ans, de suivre les meilleurs dans une étape du Giro.

Une récente video de très mauvaise qualité court sur internet et tend à démontrer que Cancellara a bien utilisé ce procédé lors de ses deux victoires.

 Son démarrage dans le Mur de Grammont, en particulier est exploité. Seulement cette video oublie de préciser que le Suisse a attaqué au plus fort de la pente, dans le dernier virage là ou ladite pente est à 21-23 % et que dans l’histoire du Tour des Flandres nombre de démarrages victorieux ont eu lieu à cet endroit. Devolder par exemple, en 2008 , avait choisi cet endroit bien connu pour s’en aller seul vers la ligne d’arrivée. Ensuite on nous montre des images de Paris-Roubaix ou Cancellara met la main à son guidon avant son dernier démarrage. Est-ce pour actionner son « petit moteur » ou pour changer de vitesse ? Nul ne le sait et ne le saura jamais sauf Cancellara lui-même.

Les témoignages des techniciens du cyclisme ne convergent pas tous dans la même direction. On sait que le vélo électrique existe depuis quelques années. Il est en vente libre et parfois on peut croiser un adepte de ce genre de locomotion. L’administration des postes en a acheté plusieurs pour ses facteurs et il n’est pas rare de voir un facteur faire sa tournée chevauchant un vélo électrique. La nouveauté est l’application à la course cycliste. Elle serait due à un ingénieux hongrois qui aurait fait bénéficié de sa découverte à la firme italienne Colnago.

L’union Cycliste internationale est bien ennuyée. Elle affirme être au courant de cette « invention » et entend procéder à des examens minutieux.

Cancellara de son côté trouve cette histoire complètement farfelue et idiote. C’est tout de même lui le premier intéressé.

Si tout ceci était avéré, le scandale serait encore plus fort que celui du dopage. Il faudrait en effet être très pervers pour adapter un tel système à une machine de compétition et la faire utiliser ensuite pendant une épreuve ce qui sous entend des essais pour alléger au maximum l’appareil, pour diminuer le bruit des vibrations, pour localiser l’appareil sans être vu, etc…etc..

De tous temps l’homme a tenté de se surpasser. Un record du monde de saut en hauteur n’a pas été homologué il y a 20 ou 30 ans car le sauteur utilisait une chaussure munie de petits ressorts pour sa jambe d’appel. On avait alors déploré la mise au point d’une telle chaussure et son utilisation. L’homme est-il tombé si bas pour recommencer la même tricherie ?

Il est vrai que maintenant une équipe peut se qualifier pour une phase finale de Coupe du monde de football en faisant marquer des buts avec la main. 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeanpaulbrouchon 535 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines