Magazine Europe

Ma "to do list" : le transsibérien

Publié le 07 juin 2010 par Unimande

ma to do list #01 : Le transsibérien.

Le transsibérien est un rêve d’enfant pour moi comme pour beaucoup d’autres. Je l’ai toujours perçu comme un train somptueux reliant au son de la machine à vapeur le continent asiatique. Ses compartiments en bois ressemblant à des chambres d’hôtel étaient empruntés par de riches aristocrates aux allures de princes,… 

La réalité (ou du moins une partie) est toute autre et il n’existe pas un mais de multiples transsibériens. Le transsibérien n’est pas un simple train, il s’agit surtout d’une voie ferrée. Son tracé original part de Moscou pour arriver à Vladivostok, mais il est aussi possible de se rendre à Pékin via la Mongolie (Transmongolien) ou la Mandchourie (Transmandchourien). 


ma to do list #01 : Le transsibérien.

Dans les grandes lignes, le trajet est donc presque le même pour tous, mais il est possible de s’approprier le voyage en planifiant ses montées et descentes du train, en visitant des contrées inconnues ou en faisant des rencontres. La plupart des touristes et backpackers font des arrêts à Irkoutsk et au Lac Baïkal en Sibérie, les paysages y sont magnifiques d’après les dires, d’autres optent pour Oulan-Bator et la Chine.

Si la première et la seconde classe restent chères et surtout fréquentées par les touristes, la troisième classe semble propice aux rencontres. Les rêves d’enfants y sont bien vite oubliés : bancs en bois, confort spartiate … mais la magie y opère sans doute ! Vous vous en doutez, c’est dans cette dernière que j'embarquerai sûrement l’année prochaine. Je ne sais pas encore pour combien de temps et combien d’arrêts, mais une chose est sûre : je sortirai des sentiers battus !

Pour acheter les billets, différents choix s’offrent à moi. Il suffit de taper le mot transsibérien sur Google pour découvrir de nombreuses offres d’agences avec séjour organisé, visites, restaurants,… mais c’est au dessus de mes moyens et gâcherait toute l’aventure en faussant une grande partie des rencontres. Je peux aussi me contenter d’acheter les billets par une agence en France pour les récupérer sur place. Les tarifs sont plus abordables mais la troisième classe n’est apparemment pas toujours disponible.

Il est aussi possible d’acheter les billets sur place en s’armant de temps, de patience et d’indications écrites en russe. J’ai retenu deux solutions, le site Realrussia propose des tarifs assez abordables (10-15% plus cher qu’à la gare) et la troisième classe est disponible. L’avantage est d’être sûr d’obtenir des billets (pas facile facile en période estivale). Mais si j’ai un peu de temps à Moscou, je préférerais acheter mes billets sur place (plus authentique) et privilégier la débrouillardise. 


Pour finir je vous offre une vidéo de Romain (eh oui, encore, mais je n'en ai pas trouvé de mieux sur la toile) :


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Unimande 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte