Magazine

La Pasta Box s’habille en YSL

Publié le 08 juin 2010 par Gwensc

Le diable s’habille en Prada mais la Pasta Box de Sodebo en YSL !

un petit tour de pâtes

un petit tour de pâtes

Imaginez vous, invité(e) à un lancement de collection au petit palais. En cocktail de bienvenue, vous défilez selon une visite privatisée de l’exposition YSL.

Robes trapèze / forme des boîtes,

défilé piècde

défilé piècde

Réalisations sur mesure pour mieux parfaire à la demande, cliente / consommateur,
Mode / tendance,
Prêt à porter / prêt à consommer,
Audace de lancer des tenues « osées », découvrant les corps des femmes et leurs atouts / pari sur une gamme de pâtes de qualité à réchauffer au micro-ondes, technique moderne et avantageuse.
Petits détails qui subliment l’essentiel (des chaussures aux chapeaux en passant par toutes les autres babioles, jusqu’aux mannequins créés pour porter la robe), accessoires / fourchette-cuillère « clippables » et emballage spécial micro-ondes,
Inspiration, fusion et couleurs du monde selon l’air du temps (impression d’être transportée parmi de somptueuses babouchkas russes, de vouloir partager un café turque avec les modèles du Maroc à la façon d’un Macke ou d’un Klein, de suivre la danse colorée d’un Matisse mais aussi le tumulte contenu d’un Van Gogh ou les lignes circonscrites d’un Cocteau, Braque ou Picasso) / nouvelles recettes et séries limitée de la cuisine du monde.
Rythme de danses africaines (retour à l’art primitif à l’image d’autres prestigieux artistes tel Picasso ou Matisse, d’ailleurs les mannequins des peintres et des arts africains partagent la même salle) ou envolée luxueuses de bal, dans des tenues épousant le tempo / praticité des boxes, rapides à préparer, faciles à manger.
Légèreté des mousselines soulevée par les airs / équilibre nutritionnel surprenant des en-cas Sodebo.

Bref, éblouie (et le terme est faible) par l’univers de la mode YSL, il me paraissait très audacieux de passer ensuite à une présentation Sodebo. Comment succéder à tant de créativité, de tendance, de liberté, doublées de simplicité, d’humilité, d’inspirations du tout venant (de la rue à la demande formulée), festonnées de perles d’audace et de biais ludiques ? En outre, affectionnant très peu les plats tout prêts, le challenge pour me plaire était placé très haut. Elles ont pourtant réussi…

Entreprise familiale, ce sont peut-être ces 3 femmes unies qui expliquent le succès de la marque Sodebo, l’écoute, leur foi et leur cohérence qui ont assuré la réussite fulgurante de la Pasta Box. Le parallèle entre le prêt à porter de luxe d’YSL et le prêt à consommer de qualité ne m’est pas apparu immédiatement. Pourtant, ces 3 femmes l’ont avancé et assumé modestement. Encore dans ma cuisine à étudier les variétés des goûts, des types de pâtes, les ingrédients et valeurs énergétiques, les procédés techniques et pratiques, je tirais mon chapeau à l’équipe ! Elles ont su relever le défi. D’ailleurs, elles n’hésitent pas à mettre toutes les chances de leur côté. Leurs cuisiniers se sont formés chez les grands noms de l’Italie pour mettre au point des pâtes dignes de ce nom, et qui le restent après le passage au micro-ondes (ou à la casserole pour ceux qui n’en possèdent pas). Elles restent fidèles à leur ligne directrice, à ce qui est testé, approuvé, apprécié, à savoir, 4 sortes de pâtes à réchauffer. Les pâtes asiatiques (point de vue confection) ou les salades de pâte ne sont pas encore au programme.

Il est vrai que je comprends d’autant plus la nécessité de manger vite ou de ne pas aimer passer du temps à cuisiner que pour moi, c’est exactement l’inverse. À mon sens, l’essentiel est finalement de prendre plaisir à nourrir son corps de façon saine et intelligente. Je ne suis donc pas devenue folle en cautionnant ce type de plat. D’ailleurs, je viens de me rendre compte que le roi des surgelés, Picard pour ne pas les citer, venait de lancer une série « Ma boîte à pâtes », spécial micro-ondes. (Pour la petite histoire, j’ai vu leur publicité en passant près d’un abri de bus et j’ai déjà pris leurs boîtes pour des Pasta Box). Une telle émulation traduit un concept génial, une niche.  Mais les Pasta Box, elles, sont extrêmement bien distribuées, Carrefour, Franprix, Monoprix, Thalys, Puy du fou… tout autant d’exemples (dont je vous reparlerai sans doute, teasing !).

Je n’ai parlé que d’elles : les dirigeantes, les boîtes et les pâtes sans oublier le charmant et sympathique trio féminin de leur agence La Maison Link. Pourtant toutes rayonnent sans doute d’autant plus qu’un « petit » grain de sel masculin, ou plutôt un « grand » responsable commercial tout sourire, vient réveiller et révéler leurs saveurs !

Alors à vos plateaux télé pour regarder la coupe du monde avec une pasta box en plat principal. Que les gourmands n’oublient pas les maxi-formats mais que regarder du sport n’est pas en faire. Alors « Manger, bouger ». Et pour compléter le plateau télé, par exemple pour manger 5 fruits et légumes par jour, je vous invite à consulter le petit dernier de la série 750 g de plaisir, de chef Damien et chef Christophe ! C’est ici.

Vestiaires :
Pour moi, ce sera le numéro YSL 402 !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Gwensc 805 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte