Magazine Info Locale

La fracture du haut débit

Publié le 08 juin 2010 par Fbaillot

numericable-lille.1275917441.jpg

La question me revient régulièrement aux oreilles : quand donc aurons-nous une “couverture” haut débit digne de ce nom. Je traduis pour les néophytes, et il y en a parmi les lecteurs de ce blog : quand donc pourrons-nous “surfer” sur la toile dans de bonnes conditions. A Templemars, nous pouvons bénéficier de l’ADSL. Mais en raison de la distance qui nous sépare du central téléphonique de Faches-Thumesnil, nous n’avons qu’une faible bande passante, entre 0,5 et 1 mégabyte. Cela permet de recevoir et d’envoyer des mails, de lire ou même d’administrer un petit site internet, de prendre part à la communauté grandissante des “réseaux sociaux”, de “tchatter” avec les copains. Mais s’il vous vient à l’idée d’utiliser cette technologie pour regarder la télévision, pour envoyer ou recevoir des masses de données importantes, vous allez vite comprendre votre douleur. Aujourd’hui, on situe la barre du haut débit à 100 mégabytes et on estime que ce standard sera à 1 gigabyte en 2012, soit 1000 fois la performance que certains d’entre nous parmi les mieux desservis parviennent à atteindre.

Sur la carte de la couverture haut débit de la métropole lilloise, nous sommes dans ce qu’on appelle pudiquement une “zone blanche”. Nous sommes des déshérités du haut débit. Et nous pouvons juste nous consoler avec les nombreuses communes petites et moyennes qui sont dans notre cas.

Nous n’avons pas bénéficié du cablage mis en place il y a quelques années, qui équipe par exemple Faches-Thumesnil ou Wattignies. Et nous sommes très loin des niveaux lillois relativement suréquipés par rapport au nôtre. Le constat est à peu près établi : il faut faire transiter les informations par la fibre optique, le fil de cuivre devenant obsolète et donc préparer les “fourreaux” dans lesquels les opérateurs installeront leur matériel.

Avec quelques uns de mes collègues métropolitains logés à la même enseigne, nous nous sommes retrouvés récemment à Halluin, pour tenter de comprendre cet état de fait, et surtout pour réagir.

Cela peut sembler un peu futile à certains mais il s’agit pourtant d’enjeux essentiels pour notre futur très proche. Les applications liées aux nouvelles technologies de l’information et de la communication commencent à envahir notre quotidien privé, professionnel, citoyen. Dans peu de temps, ces petits désagréments pourraient se transformer en fractures, si on n’y trouve pas rapidement remède. C’est pourquoi nous insistons fortement pour que la collectivité publique prenne la mesure de ces défis, s’empare de ces questions concrètement et rapidement.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fbaillot 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine