Magazine High tech

[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver

Publié le 08 juin 2010 par Volt

C’est pour fêter les dix ans de la sortie des versions Or et Argent que Game Freak a décidé de faire un remake de ses deux opus. C’est ainsi que naquit Pokémon Or : HeartGold et Argent : Soulsilver. Cela fait maintenant plus de dix ans que je ne m’étais pas relancé dans cette aventure et après plus d’une trentaine de jeux à son palmarès voyons voir si la magie Pokémon fonctionne toujours.

Un jour je serais le meilleur dresseur…

Je sais vous vous dites «Il va nous rabâcher une fois de plus l’histoire de Pokémons» Et bien vous avez tout à fait raison. C’est donc dans les contrées de Johto et de Kanto que se déroulera votre périple. Assoiffé de gloire et de conquête, vous aurez le choix d’incarner un jeune dresseur ou son homologue féminin pour partir une fois de plus à la chasse au Pocket Monster.

Pour les amateurs de la série vous l’aurez remarqué, le scénario ne change pas énormément des anciennes versions. Remake oblige,le titre suit au maximum la trame des précédents épisodes en rajoutant néanmoins quelques petites subtilités. Vous devrez visiter les différentes villes pour y défier le champion de l’arène local et obtenir ainsi le précieux badge symbole de votre victoire. Une fois les différents badges récupérés vous pourrez accéder à la terrible Ligue Pokémon pour tenter d’aspirer au rang de maître.

Cette saga est basée sur un scénario plutôt simple mais assez efficace. Néanmoins, un scénario ne suffirait pas à nous faire acheter ce nouvel épisode. Est ce que le gameplay nous fera changer d’avis ?

[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver
[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver

Keep in Touch !

Comme les anciens épisodes sur DS, Pokémon Or et Argent utilise de manière très ludique le système des deux écrans. Que ce soit lors des combats ou lors des différentes phases d’explorations, le système reste le même. L’écran du haut présente l’action se déroulant, tandis que celui du bas représente toutes les interactions possibles.

Celui-ci vous permet, entre autre, de consulter votre Pokédex qui est l’encyclopédie de tous les pokémons vus et capturer, de gérer vos pokémons afin de les inter-changer pendant les combats, de fouiller votre sac pour utiliser potions et autres objets et enfin d’utiliser votre pokématos qui joue le rôle d’un smartphone en incluant carte de la région, téléphone et radio.

Toutes ces commandes nécessitent l’utilisation de votre stylet, ou pour ma part celle de votre index. Des raccourcis sont aussi proposés afin d’éviter de retourner dans votre sac pour utiliser des objets récurrents tels que votre bicyclette ou votre canne à pêche. Très pratique. Les déplacements du joueur se font quand à eux à l’ancienne avec la croix directionnelle. Pour les tactilophobes ou les joueurs plus oldschool les boutons remplacent l’utilisation de l’écran mais son gameplay est véritablement moins pratique à jouer.

Durant votre voyage, il vous sera possible de faire des compétitions dans un dôme appelé le Pokéathlon. Celui vous obligera à jouer du stylet en vous proposant quelques minis-jeux très addictif et carrément fun à jouer.

Au final, le gameplay utilise pleinement les capacités de la DS en nous proposant de manière très utile d’utiliser les deux écrans et son stylet. Voyons le dernier points qui va peser lourd sur la balance: La réalisation.

[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver
[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver

Un Pikachu plus vrai que nature ?

Les ingrédients d’un bon jeu et sur la console de Nintendo en particulier, est la manière de lier réalisation et gameplay. A ce niveau là, Pokémon le réussit plutôt bien. En effet, celui-ci joue la carte déjà utilisé auparavant de la 3D isométrique. Donnant une véritable profondeur, cet effet est accentué par les quelques cinématiques faites en 3D lors des passages importants.

Toujours présente que ce soit dans les combats ou dans l’aventure la bande son met quant-à elle une bonne ambiance. On remarque les efforts apportés par l’équipe à varier les thèmes lors des duels épiques, mais elle ne se font que trop rare et pas suffisamment mise en avant. De plus, à force d’enchainer les combats celle-ci se voit rapidement trop répétitive et nous oblige malheureusement à baisser le son au maximum.

Mais la véritable particularité de ce nouveau pokémon est la présence du PokéWalker. Imaginez vous un tamagotchi mixé avec un podomètre et vous obtenez le pokéwalker. Il vous permet d’intégrer dans un petit appareil vos pokémons afin de vous promener avec et gagner ainsi des points qui seront calculés en fonction du nombre de vos pas. Cette perle de technologie vous permettra au cours de vos trajets de récupérer des objets et même de capturer des pokémons.

Et ensuite ? Et bien rien du tout et nous ne pouvons que regretter que ce système ne soit pas utilisé davantage durant l’aventure et ne reste au final qu’un jouet qui reste tout à fait dispensable. Même si j’en connais un à la rédaction qui en est un fan invétéré et qui le transporte partout… Je dis ça, je dis rien… Ça reste entre nous…

Bref, autre point faible du titre est le manque d’innovation dans son mode multijoueur. Bien ficelé celui ci conserve toujours son efficacité. Jouable en un contre un ou en deux contre deux, le réseau Wi-Fi de la console permet aussi aux dresseurs de s’échanger leur précieux animaux de compagnie afin d’enrichir leur collections. Celui ci reste donc une valeur sur et augmente clairement la durée de vie du titre qui est déjà exceptionnelle.

[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver
[TEST] Pokémon: HeartGold & SoulSilver

Au final :

Que dire de ce nouvel épisode ? Classique serait le mot qui me viendrait à l’esprit. Pour les fidèles de la série, le jeu n’apporte que peu de nouveautés et celles-ci ne sont que très superficielles. Évidemment, il s’agit d’un remake, il fallait donc si attendre. Cependant pour ceux qui souhaiteraient découvrir l’univers il reste un très bon jeu. Le manque évident de l’utilisation du PokéWalker dans l’aventure qui devait être l’un des gros atouts de cet épisode fait vraiment tâche dans l’avis définitif du jeu. En conclusion, pour les impatients je vous propose de foncer pour les autres je vous donne rendez vous en 2011 pour l’arrivée de Pokémon Black and White.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Volt 456 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte