Magazine Focus Emploi

Insoutenable

Par A_ds

Imprimer son compte Twitter ou les 3457 tweets qui forment une de vos empreintes sur le toile… Voilà une idée qui ne me serait jamais venue à l’esprit ! Preuve que je manque très certainement d’imagination. Cartridge Save, une compagnie britannique de vente de cartouches d’encre (forcément !), s’est amusée à créer un petit site sympathique qui occupera quelques minutes de votre pause déjeuner. The Print Effect vous permet de visualiser la quantité de matériaux qu’il vous faudrait pour imprimer l’intégralité de vos gazouillis. C’est plutôt marrant, car présenté sous forme d’une petite infographie statistique, avec des girafes, des bus et des bébés parfois. Là, par exemple, j’ai passé au crible un de mes comptes (A_DS), le plus fourni en followers et tweets, histoire de jouer un peu :

Image hébergée par servimg.com

Il me faudrait donc 100 ramettes de feuilles A4. Même en prenant du papier recyclé, pas sûr que ça soit très écolo… Sans compter LE litre d’encre utilisé et les 1750 euros investis (un beau voyage à la place, ça ne serait pas mieux? Quoique, côté écolo…). À choisir, je préfère encore les 23 putois.

Le calcul est basé sur votre nombre de tweets mais aussi sur celui de « following » et sur le nombre de tweets des « following ». Et c’est même encore un chouilla plus compliqué puisque le calcul est différent si vous suivez plus ou moins de 100 personnes. Un tweet est compté comme ayant 140 caractères forcément (la valeur maximale théorique), une page comme contenant 3000 caractères. Le papier choisi pour le calcul est plutôt assez classique, un 80 g/m² (quoique c’est une belle feuille déjà) et le prix de l’encre se base sur une cartouche unique de 12 mL à environ 20 euros. On peut imaginer que nous obtenons comme résultat des valeurs plutôt supérieures à ce qu’elles seraient en réalité… mais est-ce vraiment important de le préciser? On ne le dira en tous cas jamais assez : n’imprimez que si nécessaire !

Et vous, il mesure combien de girafes votre compte Twitter?

Depuis quelques temps, je suis avec attention le travail d’Alexandra Sophie, photographe belfortaine au talent qui en rendrait jaloux plus d’un, vu son « jeune » âge – 18 ans si je ne m’abuse. J’ai eu l’occasion de visiter son exposition qui se tient à Paris jusqu’à demain et aussi de lui poser quelques questions.

Image hébergée par servimg.com

Peux-tu te présenter?
Je m’appelle Alexandra Sophie, citoyenne du monde, fan de soupe de carotte, grande buveuse de sirop de fraise et à part ça, photographe autodidacte qui aime capturer des fées, de l’enfance, des rêves et de la fragilité à l’intérieur de son appareil photo. J’aime les glaces, les sorcières et les aliens, porter des robes et courir dans les champs. Je n’aime pas les choses superficielles, je préfère tout ce qui est naturel et j’aspire à une vie stable et confortable. J’ai arrêté l’école à cause de problèmes de santé, mais j’ai continué à étudier le monde par moi-même, en lisant des livres et en m’asseyant n’importe où, en observant comment les humains bougent et agissent.

Qu’est-ce qui t’a amenée à la photo? Depuis combien de temps la pratiques-tu? Dès toute petite, mes parents m’ont donné des appareils photo jetables lors de voyages scolaires. Je photographiais tout : boutons d’ascenseurs et portes de toilettes notamment ! J’étais très jeune, mais je pense que le premier coup de foudre avec la photographie avait déjà eu lieu. Vers neuf ans, j’ai demandé un appareil photo (argentique à l’époque) à mes parents et lors de mon anniversaire, mon voeu a été exaucé ! Pas pour longtemps par contre, vu ma folie du déclenchement à tout va ! Ils ont bien vite arrêté de m’offrir des pellicules car ça revenait cher. J’ai donc dû attendre l’arrivée du numérique et j’ai pu m’offrir un petit Kodak Easyshare de deux mégapixels… Et maintenant je me retrouve avec…

Image hébergée par servimg.com

Quel matériel utilises-tu et quels sont tes sujets de prédilection? … un canon 5D mark II ! J’ai un seul « vrai » objectif, un 50mm f/1.8 qui me va très bien et j’ai aussi un objectif  Diana qui se monte sur mon boîtier. Je viens tout juste de l’avoir et n’ai pas encore vraiment pu l’utiliser, mais ça arrive ! En ce qui concerne ce que j’aime, on dit souvent que « je photographie des jeunes filles en fleurs » mais cela n’a jamais vraiment été mon but. Pourtant, ce mot revient énormément par rapport à mes photos. Jeune fille très solitaire, j’ai passé beaucoup de temps à regarder le monde qui m’entoure très attentivement, sans jamais essayer de m’immiscer. Je me suis assise sur un banc et ai regardé les gens courir pour ne pas rater le bus. J’ai été debout contre un mur à regarder les gens se moquer les uns des autres. J’ai réalisé que ça ne correspondait pas du tout à ce qu’on raconte dans les contes. Je me suis alors donné comme mission de prouver au monde que la douceur, l’amour, l’innocence et les rêves sont toujours là. Un monde harmonieux entre nous et la Nature, où tout le monde se soucie des autres et se sent libre d’aimer.

Quels sont tes prochains projets?
Même si j’essaye de m’orienter doucement vers le domaine de la mode, je préférerais que mes photos soient d’abord des photos d’art, que je continuerai d’exposer un peu partout, et à vendre à des particuliers ou à des collectionneurs. Dans les mois à venir, j’ai d’ailleurs quelques éditoriaux qui vont paraître dans certains magazines dans plusieurs pays du monde et aussi quelques couvertures d’albums ! Je m’apprête à voyager en Asie et en Océanie jusqu’à la fin de l’année, mais depuis que j’ai goûté Paris, je crois que je ne peux plus m’en passer !

Image hébergée par servimg.com

Une photo rêvée? Pas de photo en particulier mais un jour, j’aimerais prendre LA photo. Celle qui dans 50 ans se fera encore éditer en carte postale, en tableau ou en impression sur une boîte à pain.

Cite-moi une personne qui t’influence. Mon fiancé ! On s’est rencontrés sur deviantArt (site où l’on peux afficher ses propres créations artistiques de tous types), et il venait de « l’autre-bout-du-monde ». On n’est pas du même continent, on ne parlait pas la même langue (il ne parlait qu’anglais), on n’a pas la même couleur de peau, pas la même culture mais pourtant, avec beaucoup de patience et de confiance et surtout des tonnes d’amour, on a pu se rencontrer. Et maintenant, on vit ensemble depuis presque un an. Il m’inspire et m’encourage jour après jour depuis le début et je sais que mon travail photographique à proprement parler et tout ce qui va avec n’aurait pas pu voir le jour sans lui et son immense soutien.

Image hébergée par servimg.com

Selon toi, une photo réussie, c’est quoi? Classique mais je dirais qu’il faut qu’elle fasse ressentir quelque chose, qu’elle nous parle, qu’elle ne nous laisse pas indifférent. Une photo que l’on n’a pas forcément besoin de regarder pendant des heures mais qui surprenne comme un coup de foudre, on y repense et même sans nous en rendre compte, elle nous change un peu. Tout ça doit rester personnel car une photo, même prise par quelqu’un d’autre, est une partie de souvenirs qui nous ramène souvent à notre propre histoire. On l’adapte à notre propre vécu pour y voir quelque chose qu’un autre n’y verrait pas.

Un petit mot pour la fin? A bientôt, je l’espère?

Crédit photo : Alexandra Sophie (Tous droits réservés)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


A_ds 41 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte