Magazine Photos

Parution : "LA GARE", de JOSÉ LE MOIGNE (préfacé par Jean Métellus).

Par Ananda


LA GARE
auteur José Le Moigne
éditeur : Éditions Gonella
sortie : 7 juin 2010
prix : 16,90 euros

L'auteur, José Le Moigne, reprend dans son imaginaire le train de sa vie. Marche arrière, marche avant, de temps en temps arrêt sur photos: la Bretagne site merveilleux de son enfance, ses hommes
rudes et fraternels qui font la fête jusqu'au délire, ses parents mariage mixte, d'où la complexité de son existence et sa difficulté d'être Breton et noir. L'histoire se passe dans un train (le
train de sa vie) et dans des gares ( les poses de sa vie, ses repères). Parcours initiatique... qui sortira du dernier wagon?
Pourquoi j'aime : J'ai adoré ce livre. Ce livre est très riche en description, paysage de la Bretagne, le terroir. Pour quelqu'un qui est déjà allé en Bretagne on revoit avec précision les endroits
qu'il traverse ; pour celui qui n'y est jamais allé cela donne vraiment envie d'aller visiter cette région. Ce livre est plein de sensibilité et plein d'imagination. L'auteur tient son lecteur en
haleine jusqu'à la fin...
Marie Claude D'Abrigeon

Préface
Le livre de José Le Moigne – La gare – témoigne d’un vouloir-vivre, d’un pouvoir-vivre et d’un savoir-vivre. Située de part et d’autre de l’Atlantique entre la matrice – La Martinique – et la terre
d’accueil – La Bretagne–, ce roman nous met en présence d’un mouvement infini entre deux mondes inscrits dans une même personne, une même volonté, un unique désir : l’appropriation de deux cultures
sinon antagonistes du moins distinctes. Cet aller-retour permanent définit pratiquement le quotidien de l’Antillais qui se souvient de temps en temps de l’Afrique et revendique aussi, à juste
titre, sa part entière d’insularité et ses droits dans l’espace francophone. Je suis de ceux qui pensent que la démarche de José Le Moigne est au plus haut point saine et thérapeutique. Il est
conscient d’une possible scission de sa personnalité, il se met donc en devoir de débusquer le lieu de la fracture, les pans menacés de dislocation afin de reconstituer l’unité de la personne. Car
pour comprendre ce que l’on trouve, il faut savoir ce que l’on cherche: le lieu de la rupture et la configuration de ce qui reste. Ainsi l’homme n’est plus ravagé par l’angoisse et se reconstruit
en toute sérénité, c’est du moins l’idéal. Ce parcours France-Antilles, dans les deux sens, était nécessaire.
Ce roman qui commence dans une gare et se termine pratiquement dans une gare, riche en aperçus, nous entretient avec acuité et lucidité des Antilles, de la Bretagne et de leurs habitants. Au moment
où la France s’inscrit dans une Europe élargie, il est juste que ses citoyens d’outre–mer s’interrogent sur ce qui les rattache encore à la métropole.
Jean Métellus
http://www.editionsgonella.com/article-la-gare-de-jose-le-moigne-49473394.html


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ananda 2760 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines