Magazine

Le dialecte de la réa

Publié le 27 avril 2010 par Nainfermier
Je suis depuis bien longtemps un habitué des abréviations et du langage médical, mais les soins intensifs étant un monde à part, le langage y est lui aussi bien particulier. Ces temps, j'ai donc de nouveau l'impression d'être un petit padawan en écoutant le rapport du matin, auquel je ne comprend qu'un mot sur deux.
Tout d'abord, les abréviations aux soins font référence à des truc que je ne connais pas, car ce sont des choses spécifique à ce milieu comme la PIC, les STEMI ou la DVE. Mais ça c'est normal il faut juste du temps pour apprendre le jargon propre à chaque service.
Mais là où ça commence à être viciceux c'est quand les collègues commencent à utiliser plusieurs termes pour parler de la même chose. Par exemple, un médicament que je ne connaissait pas avant et donc la molécule est le Propofol est appelé communément par les infirmières Propo, Propofol, Diso, Disoprivan, Diprivan et Lait de marmotte.  Alors une fois qu'on est habitué on comprend de quoi il est question, mais au début il m'a fallu un moment pour comprendre que tout le monde parlait de la même chose.
La première fois qu'on m'a demandé une seringue de lait de marmotte, j'ai quand même mis un moment avant de réaliser que j'allais pas devoir aller traire une marmotte.(Le propofol est une solution laiteuse et son effet est de faire dormir, d'où le nom de lait de marmotte)
Mais le langage des soins commence à être vraiment marrant quand on prend n'importe quel mot et qu'on le transforme en verbe. Pour reprendre l'exemple du Propofol, il est fréquent d'entendre "j'ai propofolé le patient". Donc pour dire qu'on a introduit du propofol chez un patient, vous pourrez entendre "Porpofolé, Disotté, sédaté au lait, donné de la blanche ( ça c'est moi qui essaye de l'introduire, je trouve que ça fait très Pulp Fiction...mais pour l'instant ça accroche pas trop)
Je sens que, dans quelques temps, je vais inévitablement moi aussi parler cette langue incompréhensible. A la place de dire "J'ai introduit une perfusion de Propofol chez le patient avec la Derivation ventriculaire externe" je dirais "J'ai propofolé la DVE".
Je pense que je vais gagner du temps...
Pour me reposer de tous ces dialogues que je ne comprend pas, le soir en rentrant chez moi je regarde des films pratiquement sans dialogues comme le très bon Paris by night...of the Living dead.




Le dialecte de la réa

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Nainfermier 28 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog