Magazine Cyclisme

Stefano Vajias, le Hongrois qui "électrise" le cyclisme

Publié le 16 juin 2010 par Jeanpaulbrouchon

Dans son édition du mercredi 16 juin, "L'Equipe" publie, sous la signature de Philippe Brunel, l'interview de Stefano Vajias, le Géo Trouvetou qui a conçu la fameuse bicyclette électrique que Fabian Cancellara aurait utilisé à l'insu de "son plein gré". L'inventeur de ce vélo "révolutionnaire" (dont la batterie se loge dans le bidon) se défend, bien sûr, de tout trucage : "Je ne l'ai pas imaginé pour tricher, mais pour une forme de réhabilitation, pour aider les personnes qui souffrent de problèmes cardiaques ou pour les unijambistes. Certains ont utilisé mon vélo en course sans chercher à obtenir des résultats, mais simplement pour refaire partie d'un peloton. Tous ceux qui font du vélo ont un jour rêvé d'un vélo de ce type."
Se défendant de connaître le champion suisse, qui, selon lui est "un très grand coureur", Stefano Vajias reste cependant assez évasif sur la controverse qui alimente le monde du cyclisme : "J'aurais préféré ne rien dire et présenter ce vélo loin de tout ce battage médiatique, regrette-t-il. Mais le secret était éventé, alors j'ai montré le vélo à Davide Cassani (consultant de la télévision italienne, NDLR). Il a rapporté que des professionnels l'auraient déjà utilisé en course. Mais je ne lui ai jamais dit ça. On ne peut pas accuser comme ça sur de simples présomptions. Il faut des certitudes. Si un coureur a détourné mon projet, ce n'est pas mon affaire."
Accusé par certains d'avoir joué l'intermédiaire avec Cancellara, il proteste de sa bonne foi :  "Un concurrent a pu mettre lui-même au point ce genre de prototype... Quand Marconi a inventé la radio, Tesla (son véritable créateur, NDLR) était déjà parvenu aux mêmes résultats."
Stefano Vajias confirme enfin que son vélo sera commercialisé en septembre et que l'UCI lui a demandé son aide pour "Comprendre à débusquer ce système. Avec un scanner à rayons X, comme dans les aéroports. Mais l'UCI sera peut-être contrainte de poser un poinçon sur tous les vélos comme cela se faisait jadis. Cela dit, ça ne suffira pas, car il faudra considérer un autre problème, celui des roues. Par le moyeu, il est facile de produire de l'électricité ou de transmettre 30 à 40 watts. La vérité, c'est qu'il est difficile de d'arrêter la technologie."
Ca promet pour la suite...

P.L.G.




Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jeanpaulbrouchon 535 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines