Magazine

afp4.gif

Publié le 11 décembre 2007 par Adel Miliani

drapeau-algerie-772063.jpg

technorati.gif
Nous revoilà avec l’effroi et la douleur, aujourd’hui deux attentas simultané ont touché la capital, un bus qui transporté des étudiants en droit a été tout simplement désintégré lorsque la voiture du kamikaze la heurté de plein fouet, se soir en rentrant a la maison après le boulot c’est ce que jais découvert à la télé, Alger renoue avec les années sombre, déjà les attentats du 11 avril et du 11 juillet ont secoué les algériens, le terrorisme persiste et signe encore et encore, Mr Bouteflika!! l’Algérie n’est pas nettoyé du terrorisme comme vous le disiez dans vos discours, voila la preuve.

icpshta95111207115750photo01.jpg

Reportage sur les lieux des attentats à Alger. ©AFPTV/Canal Algérie

Vidéo montrant le bus d’étudiants complètement calciner.

Voici je pense une vidéo qui ont dit long sur le regard et l’analyse simpliste et fataliste que porte le pouvoir algérien sur ses crimes et ces attentas, c’est réellement affligent.

ALGER (AFP) - Deux attentats à la voiture piégée commis mardi à Alger, attribués à Al-Qaida par les autorités, ont fait au moins 62 morts, selon des sources hospitalières, tandis qu’un nouveau bilan officiel en début de soirée mentionnait 24 morts dont deux étrangers.

Le nouveau bilan a été annoncé par le Premier ministre algérien Abdelaziz Belkhadem à la télévision alors qu’un précédent décompte officiel des victimes établi à 15H00 GMT faisait état de 22 morts et de 177 blessés, dont 53 avaient été hospitalisés, alors que selon des sources hospitalières il s’élevait à 62 morts.

Douze personnes, dont trois Asiatiques, ont été tuées aux sièges du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) dans le quartier de Hydra, sur les hauteurs de la capitale, selon le ministre algérien de l’Intérieur Yazid Zerhouni. Il a attribué les deux attentats à la Branche armée d’Al-Qaïda au Maghreb (BAQMI, ex-GSPC).

Au moins cinq employés de l’ONU ont péri, et 14 autres sont portés disparus, a indiqué à New-York une porte-parole de l’ONU, Marie Okabe.

Cinq personnes ont été dégagées vivantes des décombres de l’immeuble abritant le HCR et le PNUD, a annoncé mardi soir la télévision algérienne.

Ces attentats ont été vigoureusement dénoncés par la communauté internationale.

Un porte-parole du Haut commissaire de l’Onu aux Réfugiés, a affirmé à Genève que Antonio Guterres n’a “aucun doute” sur le fait que le siège du HCR à Alger était la cible de l’attentat à la voiture piégée.

“Je n’ai pas de doute sur le fait que les Nations unies étaient visées”, a également déclaré M. Guterres à la BBC.

Quelques minutes avant l’attentat devant les locaux de l’ONU, une voiture piégée avait été lancée de plein fouet contre un bus de transport d’étudiants dans le quartier voisin de Ben Aknoun. Le bus était bondé, et les victimes étaient nombreuses à son bord, selon des témoins.

Cette première explosion s’est produite devant les locaux de la Cour suprême et de sa voisine la Cour constitutionnelle. Un policier et deux gardes républicains en faction ont été également tués, selon des témoins.

Cette première explosion s’est produite devant les locaux de la Cour suprême et de sa voisine la Cour constitutionnelle. Un policier et deux gardes républicains en faction ont été également tués, selon des témoins.

Les attentats, non encore revendiqués en fin d’après-midi, ont été perpétrés avec “des voitures piégées, dont une avec un kamikaze à bord”, a indiqué à la presse M. Zerhouni.

“C’était comme un tremblement de terre”, a témoigné un avocat, Ameur Rekhaila, devant la façade du Conseil constitutionnel écroulée sous la violence du souffle de l’explosion.

Des lambeaux de chairs étaient collés au portillon magnétique barrant l’entrée du parking du bâtiment. Le portail était tordu par la puissance de la déflagration, entendue plusieurs kilomètres de là.

Devant les locaux du HCR et du PNUD, l’attentat a été commis par un kamikaze à bord d’un véhicule piégé. Le quartier de Hydra abrite plusieurs ministères, ainsi que des chancelleries et résidences diplomatiques. De nombreux étrangers et des hauts dignitaires de l’Etat y vivent.

Ces deux attentats, de loin les plus meurtriers en Algérie depuis 2000 si le bilan hospitalier se confirme, surviennent après deux mois d’accalmie.

Leur organisation rappelle ceux du 11 avril dernier, revendiqués par la BAQMI: deux voitures piégées avaient explosé, l’une visant le Palais du gouvernement, l’autre un commissariat de banlieue. On avait dénombré au moins 30 tués et plus de 200 blessés.

La BAQMI avait revendiqué aussi, le 6 septembre dernier, l’attentat-suicide spectaculaire commis contre le cortège du président algérien à Batna (est) qui avait fait 22 morts et plus de 100 blessés. Même revendication pour un autre attentat-suicide contre une caserne de gardes-côtes à Dellys (est), le 8 septembre (32 morts).

Les deux nouveaux attentats ont été vigoureusement condamnés par la communauté internationale, à commencer par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon. AFP

afp4.gif

Copyright © AFP 2007


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Adel Miliani 213 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte