Magazine Santé

Une jambe sur mesure

Publié le 11 décembre 2007 par Raymond Viger

Guillaume Thériault, amputé depuis l’âge de 6 ans, ne dépend de personne… ou presque. L’exception? Les prothésistes qui moulent et adaptent sa jambe artificielle en fonction de ses habitudes de vie. Un outil essentiel aux amputés, qui, comme lui, aspirent à une vie «normale».

Édith Boulianne, technicienne en orthèse-prothèse à l’Institut de réadaptation en déficience physique de Québec (IRDPQ), s’occupe depuis 2 ans de la jambe artificielle de Guillaume. Elle prend l’empreinte de son moignon, fabrique un moule avec cette empreinte, conçoit la jambe et assure sa fonctionnalité. Facile? Non.

La prothèse de Guillaume représente pour elle et son équipe de 6 experts un défi de taille. Elle estime que 20% des personnes amputées nécessitent une jambe artificielle aussi spécialisée. Guillaume use la sienne à la corde. Il lui inflige à longueur de journée un travail ardu et lui fait subir de nombreux chocs lors de ses activités sportives. «Je rencontre Guillaume au moins une fois tous les trois mois, parce qu’il faut remplacer son pied. Avec mes autres patients, je n’ai jamais eu à le faire aussi souvent. Il dépasse la technologie!» s’étonne toujours Mme Boulianne, qui a déjà dû travailler tard le soir pour satisfaire son client.

Fort de 15 années d’expérimentations, le jeune homme connaît le genre de jambe dont il a besoin: une prothèse avec un pied solide et souple à la fois, pour courir et sauter à son aise. C’est à la suite de bris majeurs de sa jambe artificielle que Guillaume et sa technicienne en orthèse-prothèse en sont venus à cette conclusion. Un défi auquel Édith Boulianne n’a pas encore trouvé la clé. «Et par-dessus ça, la priorité, c’est avant tout le confort», précise-t-elle, pour signifier tous les aspects importants à considérer dans la conception d’une prothèse.

Malgré les problèmes non résolus, Guillaume est emballé par le travail de sa prothésiste. «Pour moi, c’est important un prothésiste qui se donne à fond, qui me connaît, qui m’écoute et qui me propose de nouvelles idées.» Ce à quoi Édith Boulianne s’attelle jour après jour, très motivée à procurer à Guillaume la jambe dont il rêve.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Raymond Viger 488 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine