Magazine France

L'hégémonie culturelle de l'individualisme

Publié le 12 décembre 2007 par Jarousseau
Notre société a beaucoup changé. Plus le temps passe, plus le citoyen s'efface devant le consommateur et l'individu. Dans un pays, où les inégalités sociales, professionnelles, scolaires se creusent, c'est de plus en plus le règne du chacun pour soi qui l'emporte. Et la réponse des partis politiques est malheureusement d'entériner, d'accepter de fait que ces inégalités font parties ad vitam eternam de notre paysage social. Dans un monde, dans un pays, où la vie est difficile pour beaucoup, l'individualisme est présentée comme la seule réponse pour échapper aux maux de notre société.
Pour beaucoup, l’école est un lieu de l’échec, d’humiliations parfois. Or, l’école doit contribuer à compenser les inégalités sociales, à susciter la curiosité, le goût de l’étude, la tolérance, l’ouverture. Mais malgré le travail et le sérieux des enseignants, force est de constater que loin de réduire les inégalités sociales, l'école les reproduit largement.
En annonçant hier, coup sur coup, qu'il instaurait dès la rentrée 2008 un service minimum dans les écoles primaires et qu'il supprimait de facto la carte scolaire des collèges, Xavier Darcos va probablement satisfaire beaucoup de parents. Mais sur le fond, le Ministre de l'éducation nationale ne fait que fragiliser encore plus notre contrat social.
L'instauration d'un service minimum en cas de grève, grâce au coucours des collectivités locales (je me demande bien comment), revient purement et simplement à une remise en cause du droit de grève des enseignants. Cette mesure est en plus complètement démagogique et voudrait laisser croire que les journées de grèves sont en augmentation, ce qui est complètement faux. Le SGEN-CFDT rappelle que le jour de grève par an est très réduit et diminue régulièrement.
J'ai déjà abondamment commenté la suppression de la carte scolaire. On sait déjà que cette mesure ne va que renforcer les inégalités et la ségrégation. Les exemples anglais et néerlandais nous le prouvent malheureusement. Là aussi, on valorise le consommateur, en validant l'idée d'une hiérarchie de l'offre éducative. La libre concurrence entre établissements ne permettra pas une réduction des inégalités, bien au contraire. Cette mesure relève avant tout d'un choix idéologique.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jarousseau 239 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines