Magazine Politique

Nous, habitants de Montreuil, lançons un appel solennel à la municipalité

Publié le 24 juin 2010 par Blanchemanche
Montreuil est actuellement à l’aube d’une très importante transformation
L'arrivée du tramway à Montreuil, sur le tracé de l'ancienne bretelle d'autoroute, sera réalité à l'horizon 2015. De son côté, le prolongement de la ligne 11 du métro, en direction de Romainville, créera 2 nouvelles stations de métro à Montreuil : A l'hôpital intercommunal et à la Boissière.
L'arrivée de ces nouveaux transports publics dans le haut de Montreuil, désenclavant les quartiers qui s'y trouvent, va améliorer la vie de milliers de
montreuillois. Il faut s'en féliciter.
Ces changements modifieront profondément l'urbanisme et les conditions de vie des populations qui vivent et qui vivront dans les quartiers desservis. Quelles seront ces modifications et quelles en seront les répercussions pour les montreuillois, notamment en termes de renchérissement des coûts de l’immobilier ?
Un nouveau projet urbain à très grande échelle
C'est dans ce contexte que la municipalité présente à la population, depuis quelques
semaines, son projet pour les hauts de Montreuil.
Ce projet porte sur près du quart de la ville, 200 hectares au total. Il est estimé, par la mairie elle-même, à deux milliards d’euros (argent public et privé), pour commencer.
Y sont prévus 3 000 logements, des activités sur 250 000 m2 et un projet agriculturel
sur les Murs à Pêches.
En accompagnement de ce projet, la Mairie propose de mettre en place une plate-forme de participation et d'initiative citoyenne, avec un accompagnent par des professionnels « afin d'exprimer des propositions concrètes, pouvant être reprises
dans le projet ».
Une démarche participative, nous on dit chiche...
SAUF QUE : une initiative citoyenne piloté par la Mairie n'est pas vraiment une
initiative citoyenne ;
SAUF QUE : une démarche participative sous tutelle, comme proposée ici, où les propositions de la population sont en vérité des avis sans aucun engagement d'intégration dans le projet, est une démarche participative sérieusement amputée ;
NOUS, ON DIT que ce n'est pas la Mairie qui doit organiser la participation : c'est
aux Montreuillois-e-s de s'en emparer et de la mener de manière autonome et autogestionnaire.
Le projet actuel nous inquiète déjà
D’ores et déjà, nous constatons de nombreuses « lacunes » aussi bien dans le projet
lui-même que dans la démarche menée par la Mairie.
Concernant le projet :

Y a-t-il eu un diagnostic urbain sur les quartiers considérés et les besoins de la population ? On commence le projet en faisant du neuf dans le secteur périphérique de Boissière-Accaccia sans avoir encore cerné les besoins globaux du Haut-Montreuil.

On présente des projets de constructions de logements neufs, mais on néglige l’habitat existant. Il y a urgence à étudier la question de la réquisition des logements vacants et la mise aux normes thermiques du parc de logements HLM de la ville, permettant de réduire la fracture énergétique.

La question du logement social n’est pas approfondie. Les politiques gouvernementales et européennes actuelles favorisent l’investissement privé et poussent à la spéculation. L’effort demandé aux familles pour se loger ne cesse d’augmenter, représentant presque 40 % du revenu. De quels moyens la ville entend-elle se doter pour porter une politique volontaire et offensive permettant à tous les montreuillois qui le souhaitent de rester dans la ville ?

Le projet prétend lier le haut et le bas Montreuil - or, cela ne se voit pas dans les
documents. Au contraire, le projet s'oriente sur le tracé du futur tramway, sur un axe allant vers Romainville et Fontenay-sous-Bois.

Le projet prévoit la préservation d’une partie des murs à pêches. Mais ne faut-il pas plutôt développer un projet d'agriculture urbaine sur toute la superficie concernée ? En même temps, la préservation des murs à pêche n'est pas seulement une démarche écologique, mais doit se faire pour garder la mémoire de l'histoire du travail à Montreuil. Par extension, il faut également mettre en valeur l'héritage ouvrier de la période industrielle de notre ville.

On nous propose un parc aquatique pour parer aux besoins de loisir, sans vérifier
préalablement si cela correspond aux besoins de la population, alors que d'autres
équipements de loisirs sont programmés au sein de l'Intercommunalité.

La mairie dit vouloir maîtriser la spéculation pour assurer la mixité, mais nous
considérons que le rapport de forces entre la mairie et le secteur privé ne sera pas assez fort sans le soutien actif et organisé de la population.
Concernant la démarche :

Les réunions et consultations publiques proposées par la municipalité ne sont pas de nature à construire un projet démocratiquement partagé. Le recours à une agence de communication pour organiser la concertation nous ne convient pas.
Ce type de recours se fait généralement pour neutraliser la contestation et pas
pour organiser une participation sincère.

La Mairie, qui fait part régulièrement de son manque de ressources financières, devrait investir moins dans des documents de communication sur papier glacé et plus dans le contenu du projet, travaillé avec la participation de tous. De l'être et non pas du paraître.
Il est écrit dans la plaquette « La Ville de Montreuil s’engage à concerter bien au-
delà de ce cadre légal. ». Nous, nous trouvons les quelques maigres réunions proposées bien insuffisantes. La participation est limitée à l'avis citoyen qui n'engage en rien la mairie.
La mairie est incohérente, car en écrivant « Dépôt et instruction des premiers permis de construire permettent de soumettre aux habitants des projets
architecturaux. » Or, quand le permis est déposé, c'est déjà trop tard ! C'est seulement l'instruction technique par les services de la mairie qui peut mettre le permis en question, et seulement sur la foi de la réglementation urbaine - le PLU.
Après le dépôt du permis de construire, le projet est figé et les habitants n'ont
plus aucun mot à dire.
Enfin, le processus, consistant à proposer quelques variantes préformatées à choix multiples, n'est pas vraiment de la concertation et exclut la population de toute participation significative dans l'élaboration du projet.
CE QUE NOUS PROPOSONS :
la mise en place d'une structure citoyenne indépendante fédérant associations, groupes militants et individus pour engager le débat sur le projet et sa conception et pour devenir un lieu effectif de coproduction portant les propositions élaborées
ensemble ;
que la Mairie reconnaisse la légitimité de cette structure citoyenne en l'intégrant aux dispositifs de conception et de gestion du projet en lui accordant un réel pouvoir de prise de décision, en association avec les autres acteurs du projet ;
que le budget prévu initialement pour la plate-forme proposée par la Mairie soit alloué à cette structure citoyenne, ainsi qu'un local, afin qu'elle puisse disposer de moyens autonomes pour fonctionner et d'un personnel capable d'animer le processus participatif côté habitants ;
que ce soit la structure citoyenne qui engage directement les experts indépendants de son choix, et non pas la mairie.
Pourquoi pensons-nous que cette démarche aboutira à un meilleur projet pour Montreuil ?
La Mairie bénéficiera d'une mise en œuvre de l'intelligence collective pour créer le
meilleur projet pour notre ville et ses habitants.
L'objectif n'est pas de constituer un contre-pouvoir, mais d'être une force de proposition en créant un lieu de coproduction efficace où les habitants de Montreuil pourront apporter réellement leur compétence, à contrario des dispositifs de « participation » où le rôle citoyen est cantonné au simple débat sur des
propositions imposées d'en haut.
La Mairie ne peut pas tout savoir et tout décider en lieu et place des habitants. Qui mieux que nous sait ce dont nous avons besoin et ce que nous ne voulons pas ?
Pour réaliser un projet urbain si lourd de conséquences pour Montreuil, c’est à nous de nous regrouper dès maintenant afin de débattre, de faire nos propres expertises et propositions et d’élaborer un projet réellement citoyen avec une légitimité populaire que la Mairie ne pourra ignorer.
Nous ne sommes pas intéressés à produire une ville où une partie de la population
actuelle de Montreuil ne trouvera plus sa place car le coût des terrains et des logements sera trop élevé ; une ville bien dessinée sur papier mais sans âme ; notre but est celui d’une ville populaire, solidaire, démocratique, réellement écologiste.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Blanchemanche 29324 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazines