Magazine Europe

Après la nuit des longs couteaux vient celle de la réflexion

Publié le 12 décembre 2007 par Alain Hubler

Dans Dans l’élection du Conseil fédéral, à 13h30 aujourd’hui, la situation est la suivante : tous les conseillers fédéraux ont été réélus, sauf Christoph Blocher qui a été dépassé par la conseillère d’Etat grisonne Eveline Widmer-Schlumpf par 125 voix contre 115. Blocher est battu, la nouvelle venue a reçu l’appui massif du centre et de la gauche, de quelques radicaux et, peut-être, d’un ou deux SVP. Les cartons jaunes utilisés pour cette élection se sont transformés en cartons rouges pour Blocher.

Lors des déclarations préalables des chefs de groupe, Caspard Baader, chef du SVP, a été clair. Ce sera Blocher ou ils rentreront dans l’opposition, ou plutôt le maquis. Première menace a été suivie d’une deuxième, si vous n’élisez pas Blocher, le SVP s’attaquera aux sièges des deux conseillers fédéraux qu’il restera à réélire : Hans-Rudolf Merz et Doris Leuthard.

Le résultat est on ne peut plus clair, Merz obtient 213 voix sur 233 bulletins valables et Leuthard 160 sur 191. Pour cette dernière élection, on ne compte que 12 malheureux bulletins portant le nom de Blocher.

Les menaces du SVP ont fait long feu, manifestement même les membres de son groupe ne croient plus assez en ses chances.

Cette appréciation est confirmée par les propos télévisés du conseiller national SVP Luzi Stamm qui est certain que si Madame Widmer-Schlumpf refuse son élection, le PDC lancera alors Urs Schwaller et que Blocher n’aura alors aucune chance contre lui.

La situation est donc simple : soit la nouvelle conseillère fédérale accepte son mandat et tout va bien mieux, soit elle le refuse et l’assemblée fédérale élit probablement le PDC Schwaller. Ce dernier cas de figure est un peu plus délicat, mais me paraît assez vraisemblable.

De toute manière, c’est le SVP qui a les cartes en main. Soit il accepte d’être représenté au conseil fédéral par ce que Luzi Stamm appelle deux faux SVP, soit il essaie le coup de force, renvoie Mme Widmer-Schlumpf dans ses Grisons, essaie d’imposer Blocher et perd probablement un siège au conseil fédéral. Cette dernière possibilité lui permettant de rentrer dans l’opposition le couteau entre les dents.

Les deux cas de figures s’accompagne d’un risque de scission entre les ailes dure et agrarienne du SVP. Voilà le résultat de la surpersonnification de la politique suisse.

La nouvelle élue ayant demandé un délai de réflexion, je vous souhaite une bonne nuit. Rendez-vous demain 8h00.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Alain Hubler 199 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte