Magazine

Joyeuses Funérailles

Publié le 12 décembre 2007 par Iti1801

Aujourd'hui, on enterre le patriarche. Et dès le début, ça commence mal : les pompes funèbres se sont trompées et ont apporté le mauvais cadavre.
On recommence donc. Aujourd'hui on enterre le patriarche. Et toute la famille est présente avec son lot de soucis : le fils complexé par le succès de son frère écrivain et qui doit faire le discours et qui doit, également, convaincre ce même frère qu'il ne peut payer entièrement les funérailles parce que sa femme le pousse à acquérir leur propre appartement ; la nièce qui veut faire accepter son copain à son père, lequel copain a avalé accidentellement une pillule hallucinogène croyant que c'était du valium ; le vieil oncle impotent, et j'en passe... Ah non, n'oublions pas ce curieux petit personnage, qui a en sa possession des photos compromettantes à propos du défunt et qui envisage de faire chanter la famille...

Je ne sais pas si c'est le film comique de l'année, mais c'est assurément un qu'il ne faut pas manquer, si on est amateur de comédie british décalée (oui, c'est un pléonasme, je sais). On a droit a à peu près tout : les mauvais jeux de mots de circonstance, un personnage nu comme un ver (une comédie britannique sans son lot de nudité c'est comme un roman britannique sans son gay de service : c'est difficilement concevable) qui menace de se suicider, une scène pipi-caca,... Bref, l'hilarité est quasiment assurée. Surtout lorsqu'on essaye tant bien que mal de se débarrasser de l'encombrant maître chanteur (Peter DINKLAGE est tout simplement excellent dans ce rôle du début à la fin). Allez savoir pourquoi, les voir s'y prendre ainsi m'a fait penser à Very Bad Things, quand le groupe d'amis devait enterrer le cadavre.

Il a failli y avoir un petit bémol : la fin. Terrible problème !!! Il faut savoir terminer un film, comme dirait l'autre. Ou un truc du genre. On en rajoute souvent trop, et ça a tendance à gâcher un peu le plaisir qu'on a pris auparavant. J'ai craint une fin un peu trop sérieuse avec les deux frères qui se parlent... Heureusement, il n'en a rien été. La scène finale est totalement inattendue, et le film s'achève dans un éclat de rire général. Signe de son succès ?!


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Iti1801 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte