Magazine Médias

On a rien inventé depuis Seconde B....

Publié le 25 juin 2010 par Poclatelephage
Désormais, dès que je peux prendre une pause déjeuner digne de ce nom à la maison et ce n’est pas mon secret du jour, je m’installe avec délectation devant « nos années pension ». Aujourd’hui, Rose, la lycéenne rugueuse, mettait sur son blog des informations compromettantes concernant le ténébreux Milo, le leader du groupe auquel elle appartient. Par conséquent, je me suis demandé si les américains ne nous avaient pas chipé, l’air de rien le concept de « Gossip Girl » avec Rose dans le rôle de la blogueuse bien informée et caustique. L’information mériterait d’être vérifiée. Je trouve d’ailleurs que les blogs sont sous-exploités dans les séries depuis « le Docteur Doogie », même si Barney évidemment en tient un. En tout cas, « nos années pension » est, à mon avis, la série qui met le mieux en scène les tourments de l’adolescence depuis « les années collège » « seconde B » et d’ailleurs les similitudes entre les deux séries sont nombreuses.
D’abord, la composition du groupe d’amis est presque identique. Nous avions Nadia, la beurette bosseuse, qui est aujourd’hui Amel, la beurette tout aussi travailleuse, Pauline, la jolie blonde un peu écervelée / Morgane tout aussi blonde et nunuche dans « nos années pension », Michaël, le caïd branché dont le rôle revient ici à Milo, et la ressemblance s’arrête là, puisque les rôles de Jimmy et Kader n’ont pas été repris dans « nos années pension ». A la place, nous avons donc Rose et Sam.
Mais Milo sort avec Morgane, comme Michaël sortait avec Pauline à l’époque.
On a rien inventé depuis Seconde B....
Je suis obligée de reconnaître que « Seconde B » était une série un rien plus engagée que « nos années pension », puisque le « B » du titre faisait référence au système éducatif à deux vitesses dans les cités, que la nouvelle série de France 2 pourtant plus actuelle omet de mettre en scène. Dans « Seconde B », les jeunes souffraient à la fois de leur situation sociale et des émois de l’adolescence, dans « nos années pension », les lycéens ont des boutons et se sentent différents et ça suffit comme ça.
Dans les deux séries, en revanche, les personnages ont une passion, qui s’impose comme un véritable exutoire pour ces jeunes dans la tourmente. Dans « Seconde B », les lycéens faisaient de la radio, anticipant (décidément) le phénomène « love in fun » et la libre antenne, tandis que dans « nos années pension » décidément moins sociétal, ils chantent à la base pour permettre à Milo dont le problème existentiel est de ne pas connaître le solfège de pouvoir jouer du piano quand il le désire sans être ennuyé par le vilain prof de musique. D’ailleurs le professeur sadique de sport de « seconde B » a été remplacé par le vilain prof de musique du pensionnat.
Euh, je n’ai pas de conclusion à ce post édifiant. Je pourrai vous signaler que Nadia a fait pas la suite une brillante carrière musicale sous son vrai nom, Ysa Ferrer, ou que la série a donné lieu à un spin-off qui n’en était pas un avec la méchante de « premiers baisers » qui se déroulait dans le milieu de la brocante (oui, oui comme « Louis la brocante »).

[Je ne résiste pas au plaisir de vous reposter la madeleine de circonstance qui doit accompagner ce clip.]
[Ce clip me rappelle systématiquement croque-vacances et le regretté Claude Pierrard.]
Demain, je vous expliquerai comment la série « Olive et Tom » a permis au Japon de de se qualifier pour les huitièmes de finale de la coupe du monde de football.
PS : Aujourd’hui, je vous livre le secret de ma femme, de circonstance, quand elle était petite, elle était amoureuse de Pauline de « seconde B ». J'attends toujours les vôtres sur poclatelephage@gmail.com.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Poclatelephage 1254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines