Magazine Photos

Clin d'oeil.

Par Anne-Laure Bovéron

Petit clin d'oeil... Une note que je viens de découvrir et qui me plaît bien.
Une note de Bertrand Guillot, auteur d'Hors-Jeu (aux éditions Dilletante)
et auteur des blogs secondflore et de  prixdeflore2006.

Post à une jeune inconnue

- Monsieur, il y a une demoiselle dans le coin, là-bas, qui est très importunée par vos regards incessants.
- Je peux reprendre un café ? Et un verre d’eau, s’il vous plaît.
- Tout de suite. Vous voulez bien changer de table ?
- Oui, bien sûr…
- La jeune femme en sera ravie.
- Vous en êtes sûr ?
- Certain, Monsieur.
- Eh bien, c’est inespéré. Mais je n’osais pas…
- C’est moi qui vous le demande, Monsieur.
- Dans ce cas. C’est que je n’osais pas… lui demander de me joindre à sa table. Elle est avec ses amis, vous comprenez.
- …
- Vous préférez que je lui demande moi-même, si je comprends bien ?
- Je préférerais surtout que vous ne fassiez pas d’histoires.
- Aïe ! Là, vous me posez un problème. Parce que, voyez-vous, moi, je suis là pour ça.
- En ce cas, je crois que nous n’allons pas nous entendre.
- C’est possible. Vous m’apporterez tout de même mon café ?
- A condition que…
- A vos conditions. Je vais prendre une bière aussi, à la place du verre d’eau.
- A cette table ?
- A cette table.

Il repart avec son plateau. Je le suis des yeux : il discute avec son patron, derrière le bar, hoche la tête et actionne sa tireuse en me jetant un regard en coin. Je lui souris, mais il a déjà tourné la tête, de l’autre côté de la salle. Puis il revient, décidé.

- Un café et une pression. Je vais servir la table de la demoiselle. Si elle me demande de vous changer de table, je...
- Et si je vous demande de lui passer un message ?
- Je vous demanderai de rester sage.
- N’ayez crainte ! Si vous m’apportez deux autres sous-bocks, je vous promets qu’il n’y aura pas d’histoire. Plus ici, en tout cas.

Mademoiselle,
La première fois que je vous aie vue dans ce café, c’est la façon dont vous teniez votre cigarette qui m’a attiré.
La deuxième, c’était votre rire.
Dès que je n’avais plus d’idée, je me tournais vers vous. Je commandais un autre verre avant que vous ne partiez. Puis je reprenais mon stylo, et tout revenait.
Je ne vous ai pas mise dans mes histoires, mais elles vous doivent beaucoup. Sans vous, qui sait, elles auraient pris une autre direction.
Aujourd’hui, vous venez de me donner la fin de ce recueil. Je voulais que vous le sachiez, on donne souvent sans s’en rendre compte.
Merci pour tout, et à bientôt !
Ailleurs, sans doute.
Je suis très fidèle.
X

- Garçon ! Vous voudrez bien porter ce message à la demoiselle ? Vous pouvez le lire, si vous avez peur… Et tenez : offrez-lui aussi mon verre, s’il vous plaît. Je vais vous prendre une coupe de champagne.
- Vous êtes un excentrique.
- Pas tant que ça. Oh, et attendez ! Deux coupes, s’il vous plaît.


Messieurs les Dragueurs, prenez-en de la graine.
Une bonne dose !!


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Anne-Laure Bovéron 495 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines